GABA pour une plus grande sérénité et moins d'angoisses

Informations, effets, carences, dosage, effets secondaires

L'acide gamma-aminobutyrique (GABA) est l'un des neurotransmetteurs inhibiteurs du cerveau les plus courants. De nombreuses personnes apprécient les compléments alimentaires contenant le principe actif en raison de son effet relaxant, mais en fait le GABA joue également un rôle crucial dans la régulation de nombreux aspects du corps, par exemple l'humeur, la concentration, la douleur, le sommeil et bien d'autres encore.

Qu'est-ce que le GABA ?

L'abréviation GABA signifie acide gamma-aminobutyrique. Il fait partie des acides aminés non protéinogènes. Cela signifie qu'il n'est pas utilisé pour la synthèse de protéines.

Le GABA est un neurotransmetteur largement utilisé qui influence de nombreux aspects de la santé, en particulier la stabilité émotionnelle. Ilrégule et limite l'activité neuroélectrique. Sans le GABA, les impulsions électriques dans le cerveau pourraient devenir incontrôlables et provoquer des crises.

Incidence du GABA

En tant que neurotransmetteur inhibiteur, le GABA est particulièrement actif dans le cerveau. Chez les mammifères et donc aussi chez l'homme, 25 à 50 % de toutes les synapses contiennent des récepteurs GABA. Cela signifie que leur transmission de stimuli peut être inhibée par le GABA. [1]

Les chercheurs ont découvert que le GABA n'est pas seulement présent dans le cerveau, mais aussi dans tout le tractus gastro-intestinal. Le neurotransmetteur est présent à la fois dans lesystème nerveux entérique et dans les cellules endocrines. Cela suggère que le GABA influence le système digestif à la fois comme neurotransmetteur et comme médiateur endocrinien. [2]

Le GABA est synthétisé dans les neurones présynaptiques et stocké dans les vésicules synaptiques. La vitesse de synthèse du GABA est déterminée par l'enzymeglutamate décarboxylase (GAD).

Découverte du GABA

Le GABA a été synthétisé pour la première fois en 1883, alors qu'il n'était connu que comme un produit métabolique de plantes et de micro-organismes. Ce n'est qu'en 1950 que les chercheurs ont découvert l'acide aminé également dans le cerveau des mammifères. Mais la signification et la fonction réelles de ce neurotransmetteur inhibiteur n'ont pu être expliquées que 16 ans plus tard.

Effets du GABA

Pour que les neurones puissent envoyer des signaux à travers le corps, elles doivent être capables de communiquer entre elles pour permettre la transmission de stimuli. Cependant, comme les neurones ne sont pas directement reliées entre elles, la communication se fait par l'intermédiaire des neurotransmetteurs.

À l'extrémité de chaque neurone se trouve une brèche appelée synapse. Afin de communiquer avec la cellule suivante, le signal doit passer par ce petit espace. Ce processus est appelé neurotransmission. Dans la plupart des cas, un neurotransmetteur est libéré par ce que l'on appelle le terminal axonal après qu'un potentiel d'action a atteint la synapse.

Lorsqu'un signal électrique atteint la synapse, il déclenche la libération de petites bulles (vésicules). Celles-ci contiennent les neurotransmetteurs. Elles les libèrent dans l'espace entre les synapses, où les neurotransmetteurs se déplacent ensuite vers les cellules voisines.

Ces cellules contiennent des récepteurs auxquels les neurotransmetteurs peuvent se fixer et déclencher des changements dans les cellules. Les neurotransmetteurs et les récepteurs fonctionnent selon le principe de la serrure et de la clé. Dans le cas du GABA, cela signifie qu'il ne peut se lier qu'à un seul récepteur GABA.

Lorsque le neurotransmetteur se lie au récepteur transmembranaire, il peut soit mettre le récepteur dans un état excité, soit l'inhiber. Cela se fait en changeant la charge électrique dans la neurone postsynaptique par des ions chlorure chargés négativement ou des ions potassium chargés positivement.

Le GABA garantit par hyperpolarisation qu'aucun autre potentiel d'action n'est déclenché dans les neurones. La perméabilité de la membrane aux ions chlorure ou potassium est modifiée. Pour ce faire, il ouvre les canaux correspondants afin que le chlorure se diffuse à l'intérieur ou que le potassium se diffuse à l'extérieur.

Enfin, chaque mouvement des ions entraîne une diminution du potentiel de la membrane au point qu'un potentiel d'action n'est plus poursuivi. En effet, il est trop difficile pour la membrane d'augmenter sa tension potentielle à ce point et de dépasser le seuil du potentiel d'action. La transmission du signal est ainsi interrompue.

Le GABA et la barrière hémato-encéphalique

Les vaisseaux sanguins transportent les nutriments et l'oxygène dans tout le corps et fournissent aux cellules des substances vitales. Cependant, le cerveau, en tant qu'organe sensible à l'équilibre chimique délicat, a été doté par la nature de vaisseaux sanguins spéciaux appelés barrière hémato-encéphalique. [3]

Ces vaisseaux sanguins sont semi-perméables et régulent le mouvement des ions, des molécules et des substances étrangères. Ils permettent au cerveau de travailler dans un environnement sûr et contrôlé et le protègent des toxines et des agents pathogènes.

Les chercheurs ne sont toujours pas sûrs que le GABA puisse franchir la barrière hémato-encéphalique. Un groupe de recherche d'Allemagne et des Pays-Bas a résumé et évalué de manière critique les résultats de diverses études réalisées au cours des dernières décennies sur ce sujet. [4]

Les premières études des années 1950 sur les animaux ont indiqué que le GABA ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique. Ce résultat a depuis été confirmé par plusieurs groupes de recherche. Cependant, un certain nombre d'études ont également signalé que le GABA peut finalement surmonter cette barrière, bien qu'à de faibles concentrations.

Une cause possible de ces résultats contradictoires est probablement le composé chimique utilisé. Les différences peuvent également être attribuées au fait que le GABA a été administré par voie orale ou par injection.

Les recherches sur l'homme ont échoué par le passé en raison des lacunes technologiques et de la procédure d'imagerie utilisée pour visualiser le niveau de GABA dans le cerveau. Cependant, avec les nouvelles méthodes de spectroscopie par résonance magnétique (SRM), cela pourrait changer dans un avenir proche.

En 2001, une étude a permis d'identifier un transporteur GABA chez la souris. Cela signifierait que ces transporteurs permettraient au GABA de franchir la barrière hémato-encéphalique. Cependant, les chercheurs n'ont pas encore pu déterminer si ce transporteur GABA existe également chez l'homme. [4]

Plusieurs études contrôlées par placebo ont montré que l'administration orale de GABA a un effet positif sur l'homme. Ces résultats sont conformes aux rapports d'expérience des consommateurs qui prennent du GABA comme complément alimentaire. Pour en savoir plus, consultez les sections suivantes.

Cependant, il n'est pas clair si la supplémentation en GABA est capable de franchir la barrière hémato-encéphalique chez l'homme. L'effet positif pourrait également s'expliquer indirectement par le biais du système nerveux entérique. Le lien entre l'administration orale de GABA, le nerf vague et les niveaux de GABA dans le cerveau n'a pas encore été entièrement établi et doit être corroboré par des recherches supplémentaires. [3]

Carence en GABA

Comme nous l'avons déjà mentionné, le GABA a un effet inhibiteur. À première vue, le terme semble avoir un effet négatif, mais pour le corps et surtout le cerveau, il est important de s'éteindre aussi. En effet, un état d'excitation permanent sollicite les cellules nerveuses. Si la chimie du cerveau se déséquilibre de ce fait, cela a de graves conséquences.

Les symptômes typiques, qui indiquent une carence en GABA, sont les suivants :

  • Nervosité et agitation accrues,
  • Anxiété ou crises de panique,
  • Irritabilité,
  • Variations de l'humeur,
  • Manque de concentration,
  • Insomnie,
  • Douleurs ou raideurs musculaires,
  • Maux de tête,
  • Sueurs froides,
  • Mains moites,
  • Épuisement chronique (syndrome d'épuisement des surrénales).

Les chercheurs voient également une corrélation entre diverses maladies neurologiques et de faibles taux de GABA dans le cerveau. Ils ont constaté une concentration réduite de GABA dans le thalamus des patients atteints de schizophrénie et de la maladie de Huntington. [5]

Le GABA dans l'alimentation

Le GABA est généralement produit par le corps lui-même. Cependant, la production propre de l'organisme peut être soutenue par certains aliments, car l'organisme a besoin d'éléments constitutifs pour produire l'acide aminé.

Il s'agit notamment de :

  • Noix (amandes, noix, noisettes),
  • Bananes,
  • Foie de bovin,
  • Brocolis,
  • Riz brun,
  • Flétan,
  • Lentilles,
  • Produits céréaliers complets,
  • Agrumes,
  • Son de riz,
  • Épinards.

Un groupe de recherche coréen a déterminé la teneur en acide gamma-aminobutyrique de divers aliments en poids sec (TW). Les aliments suivants ont obtenu les valeurs les plus élevées par ordre décroissant :[6]

  • Riz brun (germes) : 718 nmol/g,
  • Épinards : 414 nmol/g,
  • Riz brun (germes) : 389 nmol/g,
  • Pousses d'orge : 326 nmol/g,
  • Haricots (germes) : 302 nmol/g,
  • Haricots : 250 nmol/g,
  • Maïs : 199 nmol/g,
  • Orge : 190 nmol/g,
  • Noisettes : 188 nmol/g.

Les chercheurs ont remarqué que la teneur en GABA des germes et des pousses, comme le montrent les exemples du riz, des haricots ou de l'orge, est plus élevée que dans les autres composants de la plante. Les chercheurs expliquent cela en disant que le GABA est produit à partir du glutamate par des processus enzymatiques. Pendant la germination, l'activité de la glutamate décarboxylase (GAD), qui est responsable de ce processus, est particulièrement élevée.

Diverses études de la région asiatique ont également porté sur la concentration de GABA dans les aliments fermentés. Selon ces études, différentes souches de Lactobacillus sont capables de produire du GABA comme sous-produit de leur métabolisme. [7] [8]

Une souche de Lactobacillus extraite de Kimchi a obtenu des résultats particulièrement bons. Le kimchi est un plat d'accompagnement traditionnel coréen à base de légumes fermentés conservés dans du sel. La souche Lactobacillus a atteint un taux de conversion de 94% dans des conditions de laboratoire. [8]

Le GABA et le système nerveux central

Le système nerveux central (SNC) se compose du cerveau et de la moelle épinière. Il est responsable de nombreuses fonctions importantes de l'organisme, telles que :

  • Réception et traitement des stimuli sensoriels ;
  • Conscience et cognition ;
  • Émotions ;
  • Régulation du cycle sommeil-éveil ;
  • Compétences motrices ;
  • Il affecte directement ou indirectement presque tous les systèmes organiques internes, tels que la respiration,la digestion, l'excrétion, la circulation ou la reproduction,
  • Régulation des équilibres hormonaux

Comme le GABA est le neurotransmetteur le plus fréquent dans l'organisme, comme nous l'avons déjà mentionné, il a également une influence significative sur bon nombre des fonctions mentionnées ci-dessus. Mais l'acide gamma-aminobutyrique ne joue pas seulement un rôle important dans le cerveau mature. Les chercheurs ont découvert qu'il joue également un rôle important dans le développement du SNC. [9] [10]

Le GABA comme neurotransmetteur

Les neurotransmetteurs sont les messagers chimiques utilisés par les neurones pour communiquer entre elles et avec d'autres types de cellules. Chaque neurotransmetteur se comporte différemment. La principale fonction du GABA, principal neurotransmetteur inhibiteur du cerveau, est d'empêcher la surstimulation.

GABA et glutamate

Comme pour la plupart des choses dans la vie, l'équilibre est la clé d'un fonctionnement optimal du système nerveux. Le GABA et le glutamate sont les principaux neurotransmetteurs calmants et excitateurs du système nerveux central et remplissent des fonctions opposées. Malgré leurs rôles opposés, le GABA et le glutamate ont de nombreux liens, y compris leur existence dans la même voie biologique.

Dans des conditions physiologiques normales, l'activité du glutamate et du GABA est en équilibre. Cependant, dans des conditions de stress, comme une inflammation ou une activité immunitaire accrue, l'activité du glutamate augmente. Lorsque le système nerveux fonctionne correctement, l'activité du GABA augmente également pour compenser l'excitation et rétablir l'équilibre.

Le glutamate est le précurseur du GABA, ce qui signifie qu'une augmentation du niveau de glutamate devrait également entraîner une augmentation ultérieure de la synthèse du GABA. Cette 'chargeallostatique' est la tentative de l'organisme pour rétablir l'homéostasie. Les symptômes courants d'un système déséquilibré où les niveaux de glutamate sont plus élevés que les niveaux de GABA sont l'anxiété, la satiété des stimuli, le sommeil et les problèmes de concentration.

GABA et le sommeil

L'insomnie peut avoir de nombreuses causes différentes et touche environ 30 % des adultes dans le monde. Le terme d'insomnie recouvre de nombreuses conditions différentes, comme la difficulté à s'endormir. Elle comprend également des problèmes tels que le sommeil agité, le fait de se réveiller trop souvent la nuit ou de se lever trop tôt. [11]

Le GABA a un effet calmant, sédatif et peut aider à faciliter l'endormissement de manière naturelle. Pour ce faire, on réduit l'excitabilité des nerfs. Une étude réalisée à partir de 2015 a montré que la prise de GABA aidait les participants à s'endormir plus rapidement. En moyenne, les personnes testées ont pu s'endormir environ 5 minutes plus vite. [12] [13]

Une autre étude de 2008 a examiné la relation entre l'insomnie et les niveaux de GABA. Les chercheurs ont découvert que le niveau de GABA dans le cerveau était considérablement réduit chez les personnes souffrant d'insomnie. Par rapport aux personnes sans insomnie, les niveaux étaient inférieurs de 30 %. [14]

En plus de la prise de GABA, le maintien d'un rituel de sommeil et d'une bonne hygiène de sommeil peut également favoriser un sommeil bon et reposant.

GABA et le stress

Chaque jour, notre corps est exposé aux stimuli les plus divers. Les dates et les obligations peuvent devenir un fardeau. Le cerveau est inondé d'hormones de stress par les neurotransmetteurs excitateurs.

Des chercheurs de l'Université de Berne ont déterminé la concentration des niveaux de GABA dans le cortex préfrontal de 10 sujets sains en état de relaxation et en situation de stress aigu. Le stress a été déclenché par de légères décharges électriques au pied droit. L'intensité était si élevée que le stimulus était désagréable mais pas douloureux. [15]

Les mesures ont montré que la concentration de GABA a diminué de 18 % en moyenne par rapport à l'état neutre sans stress. Le mécanisme moléculaire et la signification fonctionnelle de cet effet inhibiteur réduit dans le stress mental aigu n'ont pas encore été clairement clarifiés et doivent faire l'objet de recherches supplémentaires.

Il est bien connu que l'exercice physique a une influence positive sur l'humeur et peut aider à réduire le stress. Les chercheurs se sont donc penchés sur la question de savoir comment la concentration de GABA dans le cerveau change au cours de deux activités sportives différentes et quel effet cela a sur l'humeur. [16]

À cette fin, un total de 34 sujets sans conditions psychologiques ou médicales préalables ont été divisés en 2 groupes. Un groupe a suivi une séance de yoga de 60 minutes trois fois par semaine. L'autre groupe a fait des promenades pendant le temps correspondant.

Toutes les 4 semaines, des enquêtes sur l'humeur des personnes testées ont été menées en plus des scanners à résonance magnétique du cerveau. L'étude a montré qu'il y avait une corrélation entre la bonne humeur et l'augmentation du taux de GABA dans le thalamus des personnes testées. Cet effet a été plus fort dans le groupe de yoga.

Le GABA, un remède contre l'anxiété

En tant que neurotransmetteur inhibiteur le plus courant, le GABA est responsable de la réduction de l'excitabilité des synapses. Cette excitabilité s'exprime généralement chez les personnes concernées par des émotions telles que la peur, l'agitation intérieure ou la tension. Dans une situation réellement dangereuse, cet état d'excitation est très utile, car il met le corps en alerte et améliore les réflexes pour pouvoir réagir plus rapidement.

Cependant, les peurs persistantes et irrationnelles conduisent souvent à des crises de panique et mettent à rude épreuve le corps et le psychisme. Ces troubles sont résumés sous le terme collectif de troubles anxieux. Le GABA et les ingrédients actifs analogues au GABA ont depuis longtemps fait leurs preuves en tant que remède naturel en raison de leur effet calmant.

Diverses études ont montré dans le passé que la réduction des niveaux de GABA et certains troubles de panique ou d'anxiété pouvaient être liés. [17] [18] [19] [20] [21]

Les différentes études ont notamment révélé une réduction des taux de GABA dans le cortex préfrontal et le lobe occipital. Le cortex préfrontal est responsable de l'évaluation et de la planification des émotions et est considéré comme le centre de planification et de résolution des problèmes du cerveau. Le lobe occipital, quant à lui, analyse les stimuli provenant des yeux et est donc responsable de la capacité à voir.

Une étude de 2006 a examiné l'effet du GABA administré par voie orale chez les personnes ayant le vertige. Les participants ont dû traverser un pont suspendu pour déclencher l'anxiété. Une heure seulement après l'ingestion, le groupe recevant le GABA présentait des ondes alpha plus élevées et des ondes bêta plus faibles, ce qui indique qu'ils étaient plus détendus. [22]

Le GABA et les défenses immunitaires

Les inflammations sont des réactions naturelles et parfois nécessaires du corps, qui sont déclenchées par des maladies ou des blessures, entre autres. Le système immunitaireprotège ainsi l'organisme contre les substances étrangères et les agents pathogènes potentiels. Toutefois, si l'inflammation devient chronique, elle peut entraîner des maladies graves comme le cancer, les maladies cardiaques et l'arthrite.

Certains résultats de recherche suggèrent que le GABA peut non seulement inhiber l'apparition de l'inflammation, mais aussi atténuer les symptômes des maladies qui en résultent. Par exemple, une étude sur les animaux a montré que les souris supplémentées en GABA présentaient un risque moindre de développer une polyarthrite rhumatoïde. Les symptômes des animaux déjà malades pourraient être réduits de cette manière. Un autre article paru dans le Journal of Neuroinflammation suggère que le GABA pourrait réduire l'activité d'une voie de signalisation qui déclenche l'inflammation des articulations. [23] [24]

À l'heure actuelle, les résultats de la recherche se limitent à des études sur les animaux et in vitro. Il est important de poursuivre les recherches dans ce domaine pour mieux comprendre les mécanismes du corps humain.

Le GABA et le diabète

Le GABA est synthétisé par l'enzyme GAD à partir de l'acide aminé glutamate dans les cellules nerveuses, mais aussi dans les cellules bêta productrices d'insuline du pancréas. Le GAD a 2 formes, GAD65 et GAD67. Dans le diabète de type 1, les cellules bêta sont détruites, tandis que le diabète de type 2 est associé à une altération de la fonction des cellules bêta et à une résistance à l'insuline.

Les patients atteints de diabète de type 1 ont souvent des anticorps contre le GAD65. Cependant, jusqu'à récemment, il n'y avait pas de lien prouvé entre le GABA et le diabète de type 2. Les chercheurs ont maintenant montré que le GABA est important pour le maintien et peut-être aussi pour la production de nouvelles cellules bêta. [25] [26]

Les deux études actuelles renforcent l'hypothèse selon laquelle le GABA joue un rôle décisif pour les deux types de diabète. Les scientifiques ont utilisé les récepteurs GABA-A comme capteur biologique pour le GABA et ont pu déterminer les concentrations physiologiques efficaces de GABA dans les îlots pancréatiques humains. Ils ont également montré que les canaux ioniques dans le diabète de type 2 sont plus sensibles au GABA, qui régule la sécrétion d'insuline.

Les scientifiques ont ensuite isolé des cellules immunitaires du sang humain et ont étudié les effets du GABA sur ces cellules. Les résultats montrent que le GABA inhibe les cellules et réduit la sécrétion de molécules inflammatoires. L'effet anti-inflammatoire du GABA peut être vital dans les îlots pancréatiques car la formation de globules blancs toxiques peut être inhibée tant que le GABA est présent.

Cela assure la survie des cellules bêta sécrétant de l'insuline. Si le nombre de cellules bêta diminue, comme c'est le cas pour le diabète de type 1, le GABA est également réduit et donc le blindage protecteur des cellules bêta. Cependant, si les molécules inflammatoires augmentent, cela peut affaiblir les cellules bêta restantes et même les tuer.

Les scientifiques veulent maintenant se concentrer sur l'élucidation des mécanismes de signalisation GABA dans les cellules immunitaires et les cellules bêta humaines. Ils étudieront également dans quelle mesure l'effet du GABA peut être influencé par les médicaments.

GABA et dépression

La dépression est l'une des principales affections psychologiques dans les pays industrialisés. Des études ont montré que les personnes qui souffrent de dépression ont généralement une concentration plus faible de GABA dans le cerveau. Les chercheurs supposent donc que ce neurotransmetteur joue un rôle dans la dépression sous une forme directe ou indirecte. [27]

Inversement, des études ont montré que les niveaux de GABA peuvent augmenter après le traitement de la dépression. Une étude du département de psychiatrie de la faculté de médecine de l'université de Yale a montré que les patients qui ont suivi une thérapie électroconvulsive pour traiter leur dépression ont ensuite présenté des taux élevés de GABA. La concentration de GABA dans le cortex occipital a augmenté. [28]

GABA et SPM

Le syndrome prémenstruel ou SPM, qui survient en relation avec le cycle féminin, est caractérisé par divers symptômes. Il s'agit, entre autres, de :

  • Sautes d'humeur,
  • Fatigue,
  • Appétit vorace,
  • Crampes abdominales.

Une étude a comparé la concentration de GABA dans le cortex occipital des femmes souffrant de SPM et des femmes ne présentant pas de symptômes pendant le cycle menstruel. Elle a montré que le niveau de GABA peut être perturbé par les menstruations et diminuer au cours du cycle menstruel. [29]

Les chercheurs soupçonnent également que le GABA pourrait être utilisé comme analgésique à l'avenir. Ils supposent que l'effet inhibiteur sur les canaux ioniques est responsable de l'effet antidouleur. Toutefois, des enquêtes supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cette théorie. [30]

GABA et hormones de croissance

L'hormone de croissance humaine est produite dans l'hypophyse et a divers effets sur l'organisme. Elle peut augmenter la force musculaire, réduire le risque de maladie cardiaque et renforcer les os. En cas de carence, elle peut provoquer des symptômes graves, par exemple :

  • Développement retardé ou perturbé pendant la puberté,
  • Inhibition de la croissance des enfants,
  • Dysfonctionnement sexuel chez les adultes,
  • Résistance à l'insuline,
  • Risque accru de diverses maladies cardiaques.

Dans une étude contrôlée par placebo, les chercheurs ont montré que la prise de GABA comme complément alimentaire peut entraîner une libération accrue d'hormones de croissance. À cette fin, 11 volontaires ont reçu 3 g de GABA ou un placebo, suivis d'une phase de repos ou d'une unité de musculation. Il a été démontré que la prise de GABA entraînait une augmentation de l'hormone de croissance allant jusqu'à 400 % par rapport au groupe placebo.[31]

GABA et cognition

Pour maîtriser la vie quotidienne, il est parfois utile de maîtriser le multitâche. Cette performance est rendue possible grâce à la mémoire de travail. Une étude de 2016 a montré que la concentration de GABA dans certaines régions du cerveau permet de prédire la capacité de la mémoire de travail d'une personne. [32]

Dans le cadre de l'étude, 23 participants en bonne santé âgés de 19 à 32 ans ont subi une série de tâches visant à déterminer la mémoire de travail.

En utilisant une méthode spéciale de spectroscopie par résonance magnétique, les chercheurs ont mesuré le niveau de GABA dans le cortex préfrontal dorsolatéral. Les personnes ayant une meilleure mémoire de travail avaient un taux de GABA plus élevé. [32]

GABA et TDAH

Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, communément appelé TDAH, est une affection qui touche à la fois les enfants et les adultes et peut provoquer des symptômes tels que le manque d'attention, l'impulsivité et l'hyperactivité. Une étude menée en 2012 par la faculté de médecine de l'université Johns Hopkins a comparé les concentrations de GABA chez les enfants atteints ou non de TDAH et a révélé que les enfants atteints de TDAH présentaient des concentrations cérébrales plus faibles. [33]

Une autre étude a examiné la concentration in vivo de GABA chez les adolescents. Elle a montré que des niveaux de GABA plus faibles étaient associés à une plus grande impulsivité et à une moindre inhibition. Les chercheurs soupçonnent que la déficience en GABA est une raison du comportement impulsif et irrationnel des enfants pendant la puberté. [34]

Le GABA en tant que substance médicamenteuse

La science a mis au point plusieurs médicaments de type GABA, également appelés dérivés ou analogues, qui fonctionnent dans le cerveau tout comme le GABA et traversent la barrière hémato-encéphalique. Certains de ces analogues sont soumis à prescription médicale.

L'un des dérivés du GABA les plus couramment prescrits est la Gabapentine. Des études ont montré que la prise de Gabapentine peut augmenter la concentration de GABA dans le cerveau. On ne sait pas exactement comment ce mécanisme se produit. Ce médicament est généralement prescrit pour traiter l'épilepsie. [35]

Le GHB, qui signifie gamma-hydroxybutyrate ou également acide -hydroxybutyrique, est un autre analogue du GABA délivré sur ordonnance. Le GHB est un précurseur de l'acide gamma-aminobutyrique. Il est utilisé en médecine pour traiter la narcolepsie. Dans le passé, il a également été utilisé comme anesthésiant ou pour traiter l'alcoolisme. [36]

Un autre dérivé bien connu du GABA qui traverse la barrière hémato-encéphalique est le phénibut, également connu sous le nom d'acide bêta-phényl-gamma-aminobutyrique. Cette substance a une structure similaire à celle du GABA, mais possède un anneau de carbone supplémentaire. Cet ajout est suffisant pour franchir la barrière hémato-encéphalique.

Une fois que le phénibut a franchi la barrière, il agit sur les mêmes récepteurs que le GABA et produit un effet similaire. Ce médicament est largement utilisée en Russie pour soulager la tension et l'anxiété. Il est également utilisé pour traiter les troubles psychosomatiques ou névrotiques du sommeil. Il est également utilisé pour traiter la dépression, l'épuisement, le stress post-traumatique, le bégaiement et les troubles de l'équilibre. [37]

Compléments alimentaires de GABA

Le GABA est disponible sous forme de gélules, pour la consommation et sous forme de poudre. Le choix de la meilleure variante est souvent une question de préférence personnelle. Les différences résident principalement dans l'utilisation et les coûts.

Les gélules de GABA

La variante classique sont les gélules de GABA. Elles sont disponibles sous forme de comprimés ou de gélules. Elles peuvent contenir entre 100 mg et jusqu'à 750 mg de GABA par gélule, selon le produit et le domaine d'utilisation.

Bâtonnets de GABA

Le GABA est également disponible sous forme de bâtonnets ou de poudre. Cette formule convient aux personnes qui veulent se passer des gélules ou qui doivent s'en passer en raison d'intolérances. Un autre avantage des bâtonnets est qu'ils peuvent être facilement rangés dans la poche et emportés en déplacement, car il n'est pas absolument nécessaire de les prendre avec de l'eau.

Thé de GABA

Le thé de GABA ou gabaron a été développé par des scientifiques japonais. Au cours des dernières décennies, les scientifiques japonais ont montré un grand intérêt pour le développement d'aliments contenant une concentration accrue de GABA. Cela a permis d'obtenir du lait ou du yaourt de soja enrichi en GABA. [38] [39]

Tous les produits sont basés sur le processus de fermentation. Pour la production du thé de GABA, les chercheurs japonais ont utilisé du thé Oolong, noir et vert. Les feuilles de thé ont été exposées à l'azote ou au dioxyde de carbone pendant 6 heures. [40]

Les feuilles de thé vert exposées à l'azote gazeux ont développé une concentration en GABA de plus de 150 mg par 100 g de feuilles de thé. Le traitement n'a eu aucun effet sur la saveur du thé.

Dosage et consommation de GABA

Le dosage correct dépend de nombreux facteurs différents. La prise de GABA comme complément alimentaire ne peut pas remplacer un médicament prescrit par un médecin.

Comme chaque personne a une chimie cérébrale très individuelle, les recommandations ne doivent être considérées que comme des lignes directrices. Il est donc conseillé de commencer par des quantités plus faibles et de se rapprocher avec précaution du dosage optimal.

Le GABA a un effet calmant et, comme déjà mentionné, est souvent utilisé pour les troubles du sommeil. Pour cette demande, il est donc préférable de la prendre peu de temps avant de se coucher. Si des symptômes généraux de fatigue apparaissent, la prise peut également être reportée au soir pour d'autres plaintes afin de rester actif pendant la journée.

En cas d'anxiété et de crises de panique, la prise peut être répartie en plusieurs doses tout au long de la journée. Il convient également d'observer attentivement l'effet sur l'organisme au cours des premiers jours en raison de la fonction inhibitrice et, en cas de doute, d'éviter de conduire et d'utiliser des machines lourdes.

Interactions avec le GABA

L'effet du GABA peut être influencé par divers autres compléments alimentaires et ingrédients actifs. Il est donc recommandé d'utiliser une combinaison pour accroître l'effet positif.

GABA et niacine

La niacine, également connue sous le nom de vitamine B3 ou niacinamide, présente une similarité structurelle avec les benzodiazépines selon l'état actuel de la science. Il s'agit d'un groupe de médicaments qui augmentent l'effet du GABA dans le cerveau. [41]

GABA et taurine

La taurine est l'un des acides aminés les plus riches du cerveau humain, mais les neuroscientifiques ne savent toujours pas comment elle est utilisée par les cellules du cerveau. Une équipe de chercheurs du Weill Cornell MedicalCollege de New York a découvert un site d'action majeur pour la molécule, ce qui les rapprochera de la réponse à cette question dans le futur. [42]

Les chercheurs ont mis en contact de fines couches de tissu de thalamus provenant du cerveau de souris avec des concentrations de taurine très similaires à celles du cerveau humain. Ils ont découvert que la taurine était active au niveau des récepteurs GABA dans le thalamus. Cela suggère que les deux utilisent peut-être le même récepteur.

GABA et la fleur de la passion

La fleur de la passion a une longue tradition dans la phytothérapie. Elle est souvent utilisée dans le traitement de divers troubles anxieux, de l'insomnie, des douleurs nerveuses, des crises d'épilepsie, du TDAH, des troubles du rythme cardiaque et autres. Le mécanisme qui le sous-tend est toujours en discussion. Les chercheurs ont conclu que l'extrait de fleur de la passion module le système GABA avec des sites récepteurs. [43]

GABA et magnésium

Le magnésium est un minéral essentiel et lacarence en magnésiumest l'un des symptômes de carence les plus courants dans les pays industrialisés. Les chercheurs supposent que le magnésium contribue à potentialiser l'activité des récepteurs GABA dans le cerveau. Cependant, l'étude a montré que l'activité semble être dépendante de la dose. [44]

GABA et mélisse et valériane

Une étude canadienne de 2009 a montré que les ingrédients actifs de la mélisse, Melissa officinalis, peuvent inhiber la GABA transaminase, une enzyme dégradant le GABA. L'acide de romarin, l'acide ursolique et l'acide oléanolique ont été identifiés comme ingrédients actifs. Les chercheurs supposent que l'acide de romarin est la principale substance active en raison de sa forte proportion dans la matière sèche. [45]

Ces résultats coïncident avec l'expérience acquise dans l'application de la médecine traditionnelle. On pense que la mélisse pourrait être une alternative possible pour le traitement de diverses maladies, en particulier l'anxiété et certains autres troubles du SNC. Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces hypothèses. [46]

La valériane est un remède naturel populaire pour traiter les troubles du sommeil et est souvent utilisée comme sédatif. Des recherches sur la racine de valériane ont montré qu'elle augmente la libération de GABA par les terminaisons nerveuses du cerveau et l'empêche d'être retransporté dans les cellules nerveuses. [47]

GABA et vitamine B6

Dans l'organisme, le neurotransmetteur GABA est synthétisé à partir du neurotransmetteur glutamate et de la vitamine B6 essentielle (pyridoxine) comme cofacteur. Si le corps ne dispose pas de suffisamment de B6, cela peut entraîner une réduction de la synthèse de GABA. Par ailleurs, elle entraîne une accumulation de glutamate qui, dans certains cas, contribue à l'anxiété, aux troubles de la douleur chronique et aux maladies neurodégénératives. [48] [49]

GABA et L-Théanine

La L-Théanine est un acide aminé que l'on trouve dans les thés noirs et verts. Des études ont montré qu'elle augmente le niveau de GABA et aussi de 2 autres neurotransmetteurs importants, la sérotonine et la dopamine. [50]

La L-théanine est considérée comme un adaptogène, une substance qui réduit les réactions de stress psychologique et physiologique. Les résultats ont montré que la théanine entraînait une réduction du rythme cardiaque en situation de stress aigu. Cet effet a été attribué à l'atténuation de l'activation du système nerveux sympathique. [51]

GABA et kava

Le kava est une plante originaire des îles du Pacifique. Il est également connu sous le nom de Piper methysticum ou poivre enivrant. La plante est traditionnellement utilisée dans son pays d'origine comme thé cérémonial et relaxant.

Des études bien fondées ont montré que ce remède à base de plantes est efficace pour réduire le stress. L'effet est en partie dû à l'augmentation du niveau de GABA. Il a également été démontré qu'il est tout aussi efficace pour l'anxiété et le trouble d'anxiété généralisée. [52] [53]

GABA et psychobiotiques

Les compléments alimentaires probiotiques qui ont un effet positif sur le psychisme sont appeléspsychobiotiques. Cet effet s'explique notamment par les neurotransmetteurs synthétisés par les microorganismes, comme le GABA. En fait, il semble qu'il y ait des bactéries dans l'intestin humain qui produisent du GABA. [54]

Les recherches ont permis d'identifier un total de 29 souches bactériennes qui produisent du GABA. La plupart d'entre elles appartiennent à la souche Lactobacillus et certaines se trouvent également dans l'intestin humain. Pour soutenir l'activité de ces bactéries, un régime probiotique est donc recommandé. [55]

Lors d'expériences en laboratoire sur des souris, il a été démontré que le Lactobacillus facilite la communication directe entre l'intestin et le cerveau via le nerf vague afin de réduire le stress et l'anxiété. Lactobacillus brevis et Bifidobacterium dentium se sont avérés être des producteurs de GABA particulièrement puissants. [56] [57]

Surdose de GABA

Une surdose de GABA est rare et peut entraîner divers symptômes. Les médecins parlent d'un effet paradoxal : si la dose est trop élevée, le GABA peut avoir l'effet inverse et provoquer de l'anxiété, de l'agitation intérieure et de l'insomnie.

Dans certaines circonstances, des réactions cutanées peuvent se produire, telles qu'un léger picotement, une rougeur de la peau ou un léger engourdissement des extrémités. Cependant, ces symptômes s'atténuent généralement rapidement si le dosage est ajusté.

Les personnes qui prennent déjà des médicaments analogues au GABA ou des psychotropes sur ordonnance doivent consulter un médecin ou un pharmacien et recevoir des conseils détaillés avant de prendre du GABA comme complément alimentaire. Comme les deux principes actifs influencent la chimie du cerveau et l'activité du système nerveux, on ne peut exclure d'éventuels surdosages ou interactions indésirables.

Effets secondaires du GABA

La prise de GABA comme complément alimentaire est généralement considérée comme sûre si la dose recommandée est respectée. Toutefois, si des problèmes de santé ou des effets secondaires inhabituels surviennent pendant la prise de GABA comme complément alimentaire, il convient de consulter un médecin pour une évaluation plus approfondie. Comme il n'existe pas d'informations fondées sur les effets du GABA pendant la grossesse et l'allaitement, il n'est pas recommandé, pour des raisons de sécurité, de le prendre pendant cette période.

Études et références

  1. Nutt, David.GABA A receptors: subtypes, regional distribution, and function.Journal of Clinical Sleep Medicine Vol.2 (02); (2006): p7-p11.
  2. Hyland, Niall P., and John F. Cryan.A gut feeling about GABA: focus on GABAB receptors. Frontiers in pharmacology Vol.1; (2010): 124.
  3. Daneman R, Prat A.The Blood–Brain Barrier.Cold Spring Harbor Perspectives in Biology.Vol.7(1); (2015): a020412.
  4. Takanaga, Hitomi, et al.GAT2/BGT-1 as a system responsible for the transport of γ-aminobutyric acid at the mouse blood–brain barrier.Journal of Cerebral Blood Flow & Metabolism Vol.21 (10); (2001): 1232-1239.
  5. Perry, ThomasL, et al.γ-Aminobutyric-acid deficiency in brain of schizophrenic patients.The Lancet Vol. 313(8110); (1979): 237-239.
  6. Oh, Suk-Heung, Yeon-Jong Moon, and Chan-Ho Oh.γ-Aminobutyric acid (GABA) content of selected uncooked foods.Preventive Nutrition and Food Science Vol. 8(1); (2003): 75-78.
  7. Komatsuzaki, Noriko, et al.Production of γ-aminobutyric acid (GABA) by Lactobacillus paracasei isolated from traditional fermented foods.Food microbiology Vol. 22(6); (2005): 497-504.
  8. Cho, Yu Ran, Ji Yoon Chang, and Hae Choon Chang.Production of gamma-aminobutyric acid (GABA) by Lactobacillus buchneri isolated from kimchi and its neuroprotective effect on neuronal cells.Journal of Microbiology and Biotechnology Vol. 17(1); (2007): 104-109.
  9. Li, Ke, and En Xu.The role and the mechanism of γ-aminobutyric acid during central nervous system development.Neuroscience bulletin Vol.24(3); (2008): 195.
  10. Ben-Ari, Yehezkel, et al.GABA: a pioneer transmitter that excites immature neurons and generates primitive oscillations.Physiological reviews Vol.87(4); (2007): 1215-1284.
  11. Roth, Thomas.Insomnia: definition, prevalence, etiology, and consequences.Journal of clinical sleep medicine JCSM Vol. 3(5); (2007): p7.
  12. Gottesmann, Claude.GABA mechanisms and sleep.Neuroscience Vol. 111(2); (2002): 231-239.
  13. Yamatsu, Atsushi, et al.The improvement of sleep by oral intake of GABA and apocynum venetum leaf extract.Journal of nutritional science and vitaminology Vol. 61(2); (2015): 182-187.
  14. Winkelman, John W., et al.Reduced brain GABA in primary insomnia: preliminary data from 4T proton magnetic resonance spectroscopy (1H-MRS).Sleep Vol. 31(11); (2008): 1499-1506.
  15. Hasler, Gregor, et al.Effect of acute psychological stress on prefrontal GABA concentration determined by proton magnetic resonance spectroscopy.American journal of psychiatry Vol.167(10); (2010): 1226-1231.
  16. Streeter, Chris C., et al.Effects of yoga versus walking on mood, anxiety, and brain GABA levels: a randomized controlled MRS study.The Journal of Alternative and Complementary Medicine Vol. 16(11); (2010): 1145-1152.
  17. Pollack, Mark H., et al.High-field MRS study of GABA, glutamate and glutamine in social anxiety disorder: response to treatment with levetiracetam.Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry Vol. 32(3); (2008): 739-743.
  18. Nemeroff, Charles B.The role of GABA in the pathophysiology and treatment of anxiety disorders.Psychopharmacology bulletin Vol.37 (4); (2003): 133-146.
  19. Goddard, Andrew W., et al.Impaired GABA neuronal response to acute benzodiazepine administration in panic disorder.American Journal of Psychiatry Vol.161(12); (2004): 2186-2193.
  20. Goddard, Andrew W., et al.Reductions in occipital cortex GABA levels in panic disorder detected with 1h-magnetic resonance spectroscopy.Archives of general psychiatry Vol.58 (6); (2001): 556-561.
  21. Long, Zaiyang, et al.Decreased GABA levels in anterior cingulate cortex/medial prefrontal cortex in panic disorder.Progress in Neuro-Psychopharmacology and Biological Psychiatry Vol. 44; (2013): 131-135.
  22. Abdou, Adham M., et al.Relaxation and immunity enhancement effects of γ-aminobutyric acid (GABA) administration in humans.Biofactors Vol.26 (3); (2006): 201-208.
  23. Tian, Jide, et al.Oral GABA treatment downregulates inflammatory responses in a mouse model of rheumatoid arthritis.Autoimmunity Vol.44 (6); (2011): 465-470.
  24. Kelley, James M., Laura B. Hughes, and S. Louis Bridges.Does gamma-aminobutyric acid (GABA) influence the development of chronic inflammation in rheumatoid arthritis?.Journal of neuroinflammation Vol 5 (1); (2008): 1.
  25. Bhandage, Amol K., et al.GABA Regulates Release of Inflammatory Cytokines From Peripheral Blood Mononuclear Cells and CD4+ T Cells and Is Immunosuppressive in Type 1 Diabetes.EBioMedicine Vol.30; (2018): 283-294.
  26. Korol, Sergiy V., et al.Functional Characterization of Native, High-Affinity GABAA Receptors in Human Pancreatic β Cells.EBioMedicine 30 (2018): 273-282.
  27. Gerner, Robert H., and Theodore A. Hare.CSF GABA in normal subjects and patients with depression, schizophrenia, mania, and anorexia nervosa.The American journal of psychiatry Vol.138 (8);(1981): 1098-1101.
  28. Sanacora, Gerard, et al.Increased cortical GABA concentrations in depressed patients receiving ECT.American Journal of Psychiatry Vol.160 (3); (2003): 577-579.
  29. Epperson, C. Neill, et al.Cortical γ-aminobutyric acid levels across the menstrual cycle in healthy women and those with premenstrual dysphoric disorder: a proton magnetic resonance spectroscopy study.Archives of general psychiatry Vol. 59 (9); (2002): 851-858.
  30. Jasmin, L., M. V. Wu, and P. T. Ohara.GABA puts a stop to pain.Current Drug Targets-CNS & Neurological Disorders Vol. 3 (6); (2004): 487-505.
  31. Powers, Michael E., et al.Growth hormone isoform responses to GABA ingestion at rest and after exercise.Medicine and science in sports and exercise Vol. 40 (1); (2008): 104-110.
  32. Yoon, Jong H., Anthony Grandelis, and Richard J. Maddock.Dorsolateral prefrontal cortex GABA concentration in humans predicts working memory load processing capacity.Journal of Neuroscience Vol. 36 (46); (2016): 11788-11794.
  33. Edden, Richard AE, et al.Reduced GABA concentration in attention-deficit/hyperactivity disorder.Archives of general psychiatry Vol. 69 (7); (2012): 750-753.
  34. Silveri, Marisa M., et al.Frontal lobe γ-aminobutyric acid levels during adolescence: associations with impulsivity and response inhibition.Biological psychiatry Vol. 74 (4); (2013): 296-304.
  35. Cai, Kejia, et al.The impact of gabapentin administration on brain GABA and glutamate concentrations: a 7T 1 H-MRS study.Neuropsychopharmacology Vol. 37 (13); (2012): 2764.
  36. Carter, Lawrence P., Wouter Koek, and Charles P. France.Behavioral analyses of GHB: receptor mechanisms.Pharmacology & therapeutics Vol. 121 (1); (2009): 100-114.
  37. Lapin, Izyaslav. Phenibut (β‐Phenyl‐GABA): A Tranquilizer and Nootropic Drug.CNS drug reviews Vol. 7 (4); (2001): 471-481.
  38. Tsai, J. S., et al.Antihypertensive peptides and γ-aminobutyric acid from prozyme 6 facilitated lactic acid bacteria fermentation of soymilk.Process Biochemistry Vol. 41 (6); (2006): 1282-1288.
  39. Park, Ki-Bum, and Suk-Heung Oh.Production of yogurt with enhanced levels of gamma-aminobutyric acid and valuable nutrients using lactic acid bacteria and germinated soybean extract.Bioresource Technology Vol. 98 (8); (2007): 1675-1679.
  40. Tsushida, Tojiro, et al.Production of a new type tea containing a high level of gamma-aminobutyric acid.Journal of the Agricultural Chemical Society of Japan Vol. 61 (7); (1987): 817-822.
  41. Prousky, Jonathan E.Supplemental niacinamide mitigates anxiety symptoms: three case reports.Journal of Orthomolecular Medicine Vol. 20 (3); (2005): 167-178.
  42. Jia, Fan, et al.Taurine is a potent activator of extrasynaptic GABAA receptors in the thalamus.Journal of Neuroscience Vol. 28 (1); (2008): 106-115.
  43. Elsas, S-M., et al.Passiflora incarnata L.(Passionflower) extracts elicit GABA currents in hippocampal neurons in vitro, and show anxiogenic and anticonvulsant effects in vivo, varying with extraction method.Phytomedicine Vol. 17 (12); (2010): 940-949.
  44. Möykkynen, Tommi, et al.Magnesium potentiation of the function of native and recombinant GABAA receptors.Neuroreport Vol. 12 (10); (2001): 2175-2179.
  45. Awad, Rosalie, et al.Bioassay‐guided fractionation of lemon balm (Melissa officinalis L.) using an in vitro measure of GABA transaminase activity.Phytotherapy Research Vol. 23 (8); (2009): 1075-1081.
  46. Shakeri, Abolfazl, Amirhossein Sahebkar, and Behjat Javadi.Melissa officinalis L.–A review of its traditional uses, phytochemistry and pharmacology.Journal of ethnopharmacology Vol. 188; (2016): 204-228.
  47. Santos, M. S., et al.Synaptosomal GABA release as influenced by valerian root extract--involvement of the GABA carrier.Archives internationales de pharmacodynamie et de thérapie Vol. 327 (2); (1994): 220-231.
  48. Purves D, Augustine GJ, Fitzpatrick D, et al.GABA and Glycine.Neuroscience. 2nd ed. (2001).
  49. Yoshida, Toshio, KEIYA TADA, and TSUNEO ARAKAWA.Vitamin B6-dependency of glutamic acid decarboxylase in the kidney from a patient with vitamin B6 dependent convulsion.The Tohoku journal of experimental medicine Vol. 104 (2); (1971): 195-198.
  50. Nathan, Pradeep J., et al.The neuropharmacology of L-theanine (N-ethyl-L-glutamine) a possible neuroprotective and cognitive enhancing agent.Journal of Herbal Pharmacotherapy Vol. 6 (2); (2006): 21-30.
  51. Kimura, Kenta, et al.L-Theanine reduces psychological and physiological stress responses.Biological psychology Vol. 74 (1); (2007): 39-45.
  52. Sarris, Jerome, et al.Kava in the treatment of generalized anxiety disorder: a double-blind, randomized, placebo-controlled study.Journal of clinical psychopharmacology Vol. 33 (5); (2013): 643-648.
  53. Boerner, R. J., et al.Kava-Kava extract LI 150 is as effective as Opipramol and Buspirone in Generalised Anxiety Disorder–an 8-week randomized, double-blind multi-centre clinical trial in 129 out-patients.
  54. Wall, R., et al.Bacterial neuroactive compounds produced by psychobiotics.Advances in experimental medicine and biology Vol. 817; (2014): 221.
  55. Dhakal, Radhika, Vivek K. Bajpai, and Kwang-Hyun Baek.Production of GABA (γ-aminobutyric acid) by microorganisms: a review.Brazilian Journal of Microbiology Vol. 43 (4); (2012): 1230-1241.
  56. Barrett, E., et al.γ‐Aminobutyric acid production by culturable bacteria from the human intestine.Journal of applied microbiology Vol. 113 (2); (2012): 411-417.
  57. Bravo, Javier A., et al.Ingestion of Lactobacillus strain regulates emotional behavior and central GABA receptor expression in a mouse via the vagus nerve.Proceedings of the National Academy of Sciences Vol. 108 (38); (2011): 16050-16055.
GABA
Le GABA joue un rôle important dans le système nerveux central. Il peut aider à calmer les nerfs, surtout si vous êtes particulièrement excité, anxieux, nerveux ou stressé. Le GABA réduit également les cercl...

Recommendations

Vos avantages

  • Livraison offerte

  • GARANTIE 100 JOURS

    Satisfait ou remboursé

  • ÉCONOMISEZ JUSQU'À 20%

    avec nos remises sur volume et 5% de Bonus Panier

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PayPal, Carte Bancaires, Carte de crédit, Prélèvement automatique

Ce que disent nos clients

Excellent
Anonymous: "All okay"
22 novembre 2020
Gitte: "Excellent"
16 octobre 2020
Jolanta: "Szybko dostarczone do domu polecam"
14 septembre 2020
Afficher tous les avis >