La vitamine C ne renforce pas seulement le système immunitaire

Alimentation, effets, carence, dosage, effets secondaires

La vitamine C est certainement l'une des vitamines les plus connues et les mieux étudiées. Pas étonnant, après tout, la substance vitale prend en charge de nombreuses tâches dans l'organisme. Par exemple, la vitamine hydrosoluble renforce le système immunitaire, a des propriétés antioxydantes, favorise la cicatrisation des plaies et l'absorption du fer.[1]

Une carence en vitamines peut avoir de graves conséquences. Comme le corps ne peut pas produire la vitamine lui-même, il est dépendant de l'approvisionnement par la nourriture. Des symptômes non spécifiques tels qu'une peau rugueuse, des saignements des muqueuses ou des douleurs musculaires, ainsi qu'une prédisposition aux infections peuvent indiquer une carence en vitamine C.[2]

Afin de prévenir ces problèmes, il peut être utile de prendre un complément alimentaire contenant de la vitamine C. Les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques, les femmes enceintes, les mères qui allaitent et les fumeurs doivent s'assurer qu'ils sont suffisamment approvisionnés en vitamines.

Qu'est-ce que la vitamine C ?

La vitamine C, également connue sous le nom d'acide ascorbique, est un acide organique. Il est incolore, inodore et facilement soluble dans l'eau. Il existe quatre formes différentes d'acide ascorbique, mais seul l'acide L-(+)-ascorbique est biologiquement actif. Le terme vitamine C est souvent utilisé non seulement pour l'acide L-(+)-ascorbique, mais aussi pour tous les dérivés de cet acide qui ont un effet similaire. Les substances que l'organisme peut convertir en acide L-(+)-ascorbique sont donc également attribuées à la vitamine C. Cela inclut, par exemple, l'acide déhydroascorbique (DHA).

La vitamine C et sa découverte

L'élément déclencheur des recherches sur cette vitamine polyvalente a été la maladie des marins, le scorbut. Aux XVIème et XVIIème siècles, de nombreux marins souffraient de carences en vitamines. Ils étaient sujets à des infections, se plaignaient d'une atrophie et d'une faiblesse musculaires ou avaient une forte fièvre. Comme la maladie était observée exclusivement chez les marins, elle n'avait que peu de pertinence pour le reste de la population. Cependant, avec l'expansion de la marine marchande au XVIIèmesiècle, le nombre de cas a augmenté de façon spectaculaire.

Cela a également amené le scorbut au centre de la recherche médicale. Au milieu du XVIIIème siècle, le médecin de la marine britannique James Lind a examiné la maladie. Bien qu'il ne connaisse pas la cause des plaintes, il a administré du jus de citron à certains malades par pur hasard. Ces patients ont rapidement montré une nette amélioration de leurs symptômes et se sont retrouvés en bonne santé peu de temps après.

En 1907, les médecins norvégiens Holst et Fröhlich ont pu prouver, lors d'expériences sur des cobayes, que le scorbut est une maladie de carence en vitamines. C'est ainsi que le biochimiste américain Charles Glen King et le médecin hongrois Albert Szent-Györgyi ont découvert la vitamine C en 1928.

En 1934, la vitamine C a été synthétisée artificiellement pour la première fois par Walter Norman Haworth et Tadeus Reichstein. La production industrielle a alors également commencé, bien que la demande de vitamine C artificielle ait été initialement faible.[3]

La thérapie à la vitamine C a connu un essor dans les années 1960, notamment grâce à Linus Pauling. Le chimiste américain et double prix Nobel a propagé l'effet prophylactique de la vitamine C contre les infections et le cancer et, jusqu'à sa mort à l'âge de 93 ans, il en prenait lui-même jusqu'à 18 grammes par jour.[4]

Effets de la vitamine C

La vitamine C est une vitamine extrêmement polyvalente dont l'organisme a besoin pour divers processus métaboliques. La substance vitale est surtout connue pour son effet sur le système immunitaire, mais elle intervient également, par exemple, dans la formation du tissu conjonctif.

La vitamine C antioxydante

Dans le corps humain, la vitamine C joue un rôle décisif surtout en tant que substance antioxydante. Un antioxydant peut ralentir ou même empêcher complètement l'oxydation d'autres substances. Dans l'organisme humain, les antioxydants sont surtout importants pour inactiver les espèces réactives de l'oxygène (ROS), appelées radicaux libres ou radicaux de l'oxygène.[5]

Les radicaux libres sont des intermédiaires métaboliques très réactifs et agressifs. Les composés d'oxygène qu'ils contiennent s'efforcent toujours de former une liaison avec les autres électrons. Ces électrons les arrachent à d'autres atomes ou molécules pour créer de nouveaux radicaux. Cette malheureuse réaction en chaîne provoque un stress oxydatif dans l'organisme.

Les radicaux libres et le stress oxydatif n'endommagent pas seulement les protéines, les acides gras, les glucides, le collagène, l'élastine, les parois cellulaires et les organites cellulaires, ils réagissent également avec l'ADN. Il en résulte des mutations ponctuelles, des troubles enzymatiques et des perturbations de la fonction cellulaire.

Les radicaux libres augmentent, entre autres, le risque de :

  • Artériosclérose,
  • Crise cardiaque,
  • AVC,
  • Diabète sucré de type 2,
  • Démence,
  • Maladies auto-immunes telles que les rhumatismes ou la maladie de Crohn.[6]

En tant qu'antioxydant, la vitamine C est donc indispensable au maintien d'une bonne santé. En raison de son potentiel antioxydant élevé, la vitamine C est ajoutée à de nombreux aliments tels que la viande ou les saucisses en tant qu'additif.

La vitamine C comme cofacteur

La vitamine C est impliquée en tant que cofacteur dans diverses réactions métaboliques. Par exemple, le corps a besoin de vitamine C pour la synthèse du collagène. Le collagène est une substance protéique que l'on trouve dans le tissu conjonctif, les os et le cartilage. Par exemple, l'hydroxylation - une réaction chimique pour introduire des groupes dits hydroxy - de l'acide aminé proline par l'hydroxyproline n'est pas possible sans la vitamine C comme cofacteur.

La vitamine C est également impliquée dans la production d'hormones stéroïdes telles que le cortisol ou la testostérone et dans la synthèse des acides biliaires et des acides aminés. Cette vitamine favorise également l'absorption du zinc et du fer.[1] [2]

Carence en vitamine C

Une carence en vitamine C survient toujours lorsque les réserves en vitamines de l'organisme sont épuisées et que l'apport alimentaire ne suffit pas à couvrir les besoins. Un taux sanguin de vitamine C compris entre 11 et 28 µmol/l indique une insuffisance, tandis que des taux sanguins inférieurs à 11 µmol/l indiquent une carence clinique manifeste avec des symptômes de carence correspondants. Cependant, la carence en vitamine C a tendance à se développer insidieusement et reste donc souvent non détectée au début.

Comment une carence en vitamine C se développe-t-elle ?

Contrairement à de nombreux autres êtres vivants, l'homme n'est pas capable de produire de la vitamine C. L'organisme est donc dépendant d'un régime ou d'une supplémentation en vitamines. Une carence en vitamine C peut être principalement causée par une alimentation déséquilibrée avec peu de fruits et de légumes.

Mais même ceux qui mangent des fruits et légumes frais tous les jours peuvent souffrir d'une offre insuffisante. L'altération du tractus gastro-intestinal, par exemple dans le cas de maladies intestinales inflammatoires chroniques comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, peut entraîner une réduction de la consommation. Il y a aussi des personnes qui, pour des raisons génétiques, ont des difficultés à absorber la vitamine C.

Dans certaines situations, les besoins en vitamine C peuvent être augmentés. Les personnes qui fument, font beaucoup de sport ou sont dans une phase stressante de la vie ont besoin de plus de vitamine C. Les groupes à risque pour un approvisionnement insuffisant en vitamine C sont principalement :[7]

  • Les femmes enceintes et les mères qui allaitent,
  • Les personnes âgées,
  • Les athlètes de haut niveau,
  • Les personnes qui souffrent le plus du stress mental,
  • Les personnes ayant un mode de vie malsain,
  • Les fumeurs,
  • Les personnes souffrant de maladies chroniques,
  • Les personnes souffrant de maladies mentales,
  • Les sans domicile fixe.

Carence en vitamine C - les conséquences

Un manque d'acide ascorbique peut avoir de graves conséquences. La maladie la plus connue causée par une carence en vitamine C est le scorbut. Aujourd'hui, le scorbut est très rare. Les résultats de l'étude suggèrent qu'un déficit en vitamine C peut augmenter le risque de maladies dégénératives de l'œil et de maladies des disques intervertébraux. Les symptômes suivants peuvent également indiquer une carence en vitamine C : [8] [2]

  • Peau rugueuse et sèche,
  • Tendance aux ecchymoses,
  • Douleurs dans les membres et les articulations,
  • Saignement des gencives,
  • Mauvaise cicatrisation des plaies,
  • Perte de poids,
  • Problèmes neurologiques,
  • Perte de dents.

La vitamine C dans l'alimentation

Les agrumes sont connus pour être les principaux fournisseurs classiques de cette vitamine. Mais les légumes comme le brocoli ou le chou vert sont également riches en vitamine C. Le ministère américain de l'agriculture (USDA) a compilé un tableau complet de milliers d'aliments et de leur teneur en vitamine C.[9]

Présence de vitamine C dans les aliments (mg pour 100 g)

Fruits et jus de fruits :

  • Acérola, brut : 1677
  • Jus d'acérola : 1600
  • Litchis : 183
  • Kiwi : 161
  • Jus d'orange : 144
  • Orange : 136
  • Citron : 129
  • Fraises : 59
  • Baies de Goji, séchées : 49

Légumes et jus de légumes :

  • Persil : 133
  • Chou vert : 93
  • Brocoli : 93
  • Choux de Bruxelles : 85
  • Poivrons : 80
  • Jus de tomate : 70
  • Cresson : 69
  • Chou-rave : 62
  • Asperges : 31

Viande, poisson et crustacés :

  • Poulet, abats : 16
  • Moules : 8
  • Crevettes : 7
  • Poulet, viande : 1,6
  • Thon : 1
  • Porc : 0,7

Œufs, lait et produits laitiers :

  • Lait de vache : 16
  • Fromage blanc : 4
  • Lait de chèvre : 1
  • Œuf : 0

Noix et graines :

  • Noisettes : 6
  • Pépins de courge : 2
  • Graines de tournesol : 1

La vitamine C dans les fruits et légumes

Ce tableau montre que les fruits et légumes sont les principaux fournisseurs de vitamine C. Il convient toutefois de noter que la teneur en vitamines peut varier en fonction de la variété et de la culture. Il est important de noter que la vitamine C est extrêmement sensible et se décompose principalement par la lumière et la chaleur. Les épinards qui sont conservés à une température de 20 degrés pendant deux jours perdent 80 % de leur teneur en vitamines.

Prévenir la carence en vitamines

La vitamine C étant soluble dans l'eau, de grandes quantités sont perdues lors du lavage des fruits et légumes. La perte au lavage est particulièrement élevée si la nourriture est hachée avant d'être lavée. Le découpage, le frottement et la réduction en purée accélèrent également la dégradation enzymatique.

Pour éviter les pertes de vitamines lors de la cuisson, le temps de cuisson doit être le plus court possible. Les légumes doivent donc toujours être placés dans de l'eau qui est déjà bouillante. Si vous voulez congeler vos légumes, vous devez les blanchir brièvement au préalable. Cela permet d'arrêter la dégradation enzymatique des vitamines et les légumes restent plus riches en vitamines.[10]

Vitamine C dans les baies d'acérola

La cerise acérola a la plus forte teneur en vitamine C de toutes les plantes. Cependant, le fruit n'est pas seulement riche en vitamine C, mais il contient également des quantités importantes de provitamine A, de vitamine B1 et de vitamine B2.

Le fruit est originaire d'Amérique du Sud. Aujourd'hui, il est principalement cultivé au Mexique, en Floride, au Guatemala, au Panama et au Brésil. Même si le nom le suggère, l'acérola n'est pas apparenté à la cerise locale.

Cependant, tout comme la cerise, la cerise acérola peut atteindre trois centimètres, elle est ronde et de couleur rouge. Le fruit est mûr en 25 jours et peut être récolté sur l'arbre jusqu'à quatre fois par an. Il a un goût assez aigre et n'est pas transportable en raison de sa peau fine. C'est pourquoi il n'y a pratiquement pas de baies d'acérola fraîches disponibles en Europe.

Toutefois, ce fournisseur de vitamines est disponible sous forme de jus ou de poudre. La poudre en particulier peut être utilisée de nombreuses manières comme complément alimentaire et, outre la vitamine C, elle fournit également des substances végétales secondaires ainsi que des minéraux comme le potassium ou le fer.[11]

La vitamine C dans le baobab

Le baobab est le fruit du baobab africain et est connu comme un super aliment d'Afrique. Le baobab est utilisé comme un remède naturel en Afrique depuis des siècles.

Les baobabs, qui sont originaires de la savane, peuvent atteindre une hauteur de 25 m et vivre plusieurs milliers d'années. L'arbre porte ses premiers fruits à l'âge de 20 ans. Le fruit du baobab est de forme ovoïde et a une peau dure recouverte de poils. A l'intérieur, il y a des graines qui contiennent la pulpe blanche du fruit.

Le baobab comme complément alimentaire

En Europe, le baobab est principalement disponible sous forme de poudre. Non seulement la poudre contient en moyenne six fois plus de vitamine C que les oranges, mais elle est également riche en potassium et en calcium. La teneur en polyphénols mérite également d'être mentionnée. Ces composés aromatiques n'influencent pas seulement la couleur et le goût, mais peuvent également avoir un effet positif sur la santé.[12]

Surdose de vitamine C

La vitamine C a une faible toxicité et même à des doses plus élevées, elle a peu d'effets secondaires. Pour éviter d'éventuels effets secondaires, il convient de ne pas dépasser une dose quotidienne de 2000 mg.[13]

Effets secondaires de la vitamine C

Les effets secondaires possibles de la supplémentation en vitamine C à des doses plus élevées sont les suivants :[13]

  • Nausées,
  • Vomissements,
  • Œsophagite,
  • Crampes d'estomac,
  • Fatigue,
  • Maux de tête,
  • Diarrhée,
  • Apparence de la peau,
  • Insomnie.

Les calculs rénaux sont également fréquemment inclus dans la liste des effets secondaires possibles d'un apport en vitamine C à long terme. L'acide ascorbique est partiellement converti en acide oxalique dans l'organisme. Ce dernier est à son tour un composant des calculs d'oxalate de calcium, qui peuvent se former dans les voies urinaires.

Si certaines études ont conclu que la vitamine C n'augmente pas le risque de calculs rénaux, d'autres recherches suggèrent qu'il y a un lien. Dans l'ensemble, cependant, le risque absolu que des calculs rénaux soient causés par une supplémentation en vitamine C est plutôt faible.[14] [15]

Interactions avec la vitamine C

Les interactions possibles sont notamment les suivantes :[13]

  • Aluminium : la vitamine C peut augmenter l'absorption de l'aluminium des médicaments contenant de l'aluminium, tels que les liants de phosphate. Cela peut être particulièrement problématique pour les personnes souffrant de maladies rénales.
  • Médicaments chimiothérapeutiques : les antioxydants tels que la vitamine C peuvent réduire l'effet des médicaments utilisés en chimiothérapie.
  • Œstrogène : si la vitamine C est prise avec des contraceptifs hormonaux ou pendant un traitement hormonal substitutif, les niveaux d'œstrogènes peuvent augmenter.
  • Inhibiteurs de protéase : les inhibiteurs de protéase sont utilisés dans le traitement du VIH, par exemple. La vitamine C peut réduire l'efficacité de ces médicaments.
  • Statines : la supplémentation en vitamine C peut réduire l'effet des statines.
  • Warfarine : de fortes doses de vitamine C réduisent l'effet anticoagulant de la warfarine.

Vitamine C - besoins quotidiens et dosage

Pour prévenir les symptômes de carence, la Société allemande de nutrition (DGE) recommande un apport quotidien de 20 à 155 mg de vitamine C, selon l'âge et le sexe.

Nourrissons, enfants et jeunes :

  • Nourrissons : 0 à 12 mois : 20 mg
  • 1 à 4 ans : 20 mg
  • 4 à 7 ans : 30 mg
  • 7 à 10 ans : 45 mg
  • 10 à 13 ans : 65 mg
  • 13 à 15 ans : 65 mg
  • 15 à 19 ans : 90mg

Adultes :

  • 19 à 65 ans et plus : 95 à 110 mg

Les femmes enceintes à partir du quatrième mois de grossesse ont un besoin accru et doivent donc prendre au moins 105 mg de vitamine C par jour. Pour les mères qui allaitent, le besoin quotidien est même de 125 mg. La DGE recommande également aux fumeurs d'augmenter leur consommation de 135 à 155 mg de vitamine C par jour.[16]

Interprétation des lignes directrices

Les besoins journaliers recommandés sont suffisants pour qu'une personne par ailleurs en bonne santé puisse prévenir une carence aigüe en vitamines avec les symptômes de carence correspondants. Des facteurs externes tels que le rayonnement UV, la pollution, les mauvaises habitudes alimentaires, mais aussi les infections ou les maladies chroniques peuvent augmenter le besoin en vitamine C.

Il convient également de noter que seule une partie de la vitamine absorbée est finalement disponible pour l'organisme. En effet, la disponibilité de l'acide ascorbique dépend également de son absorption dans l'intestin, de son transport vers les tissus et de sa réabsorption dans les reins.[17]

Vitamine C - le bon dosage

Les avis divergent quant au dosage correct. Par exemple, Frei et al. concluent que le dosage optimal pour la prévention des carences est de 200 mg de vitamine C par jour.[18]

L'Institut Linus Pauling de l'Université d'État de l'Oregon, en revanche, recommande 400 mg de vitamine C par jour pour les adultes, ce qui est bien supérieur à l'apport quotidien recommandé par la Société allemande de nutrition. Les chercheurs fondent leurs conclusions sur diverses études qui ont examiné le lien entre la prise de compléments alimentaires et les niveaux de vitamines dans le plasma sanguin. Ici, le meilleur effet a été démontré chez des volontaires en bonne santé lorsqu'ils ont pris 400 mg de vitamine C par jour.[2]

Cependant, les scientifiques de l'Institut Linus Pauling soulignent que ce dosage n'a pour but que le maintien de la santé et non le traitement des maladies. Les personnes qui souffrent d'une maladie peuvent avoir un besoin considérablement accru et doivent adapter leur dosage en conséquence.[19]

Dosage de la vitamine C pour les femmes enceintes et les mères qui allaitent

La vitamine C est d'une grande importance pendant la grossesse pour le développement de l'enfant à naître. Par exemple, une carence en vitamine C chez la femme enceinte peut nuire au développement du cerveau de l'enfant. Dans une étude menée par l'Université de Copenhague, une carence en vitamine C a révélé des troubles du développement de l'hippocampe. Cette partie du cerveau est principalement responsable de la mémoire et de l'apprentissage.[20]

De même, dans une étude de Schjoldager et al., un manque de vitamine C a entraîné une réduction de la fonction placentaire et une diminution de la taille du placenta. Une telle carence en vitamine C peut également entraîner une diminution du poids à la naissance.[21]

Pour des raisons éthiques, les résultats de l'étude sont uniquement basés sur des expériences avec des cobayes. Les cobayes, comme les humains, ne peuvent pas produire eux-mêmes de la vitamine C.Ces animauxsont donc bien adaptés comme modèle d'étude.

Afin de prévenir les malformations de l'enfant à naître, les femmes enceintes doivent donc assurer un apport suffisant en vitamine C et suivre les recommandations de la Société allemande de nutrition.

La vitamine C en période de lactation

Pendant la période d'allaitement, les besoins en vitamine C augmentent jusqu'à 50 %. Ainsi, il faut environ 50 mg de vitamine C pour 750 ml de lait maternel. Les enfants ont besoin de vitamine C pour un développement sain. Une étude de 2005 montre qu'une alimentation riche en vitamine C pendant la période d'allaitement réduit le risque de maladies atopiques chez l'enfant. Les maladies atopiques comprennent la neurodermite, la rhinoconjonctivite allergique et l'asthme bronchique allergique.[22] [23]

Des études montrent que les enfants allaités au sein ont de meilleurs taux de vitamine C que les enfants qui reçoivent du lait en poudre. Même si la mère n'a qu'un peu de vitamine C dans le sang, les enfants en reçoivent toujours suffisamment. Afin de prévenir la carence de la mère, il peut être utile de prendre des compléments alimentaires pendant la période d'allaitement. Le dosage doit être basé sur les besoins quotidiens des mères qui allaitent recommandés par la DGE.[24]

Vitamine C - besoins et dosage pour les athlètes

Toute personne qui fait régulièrement du sport devrait s'alimenter selon les recommandations de consommation de la DGE afin de fournir à son corps tous les nutriments et substances vitales. Toutefois, des ajustements à ces recommandations peuvent être nécessaires, en particulier pour les athlètes de compétition. Par exemple, les athlètes ont des besoins plus élevés en glucides, protéines et micronutriments.

Pour la réussite des sports d'endurance et de force, la fonction des mitochondries dans les cellules musculaires est importante, car la source d'énergie adénosine triphosphate (ATP) est produite dans ces centrales électriques des cellules. L'ATP est une condition préalable importante pour le mouvement des muscles. La vitamine C antioxydante peut protéger les mitochondries des cellules du corps contre les radicaux libres qui sont produits en grande quantité pendant le sport.

Dans leur étude de 2008, Nakhostin-Roohi et al. ont réussi à réduire significativement les dommages musculaires en administrant 1000 mg de vitamine C avant une séance de sport de 30 minutes. La peroxydation des lipides par les radicaux et les espèces oxygénées hautement réactives, qui peut entraîner des dommages cellulaires, était également moins prononcée que dans le groupe placebo.[25]

Une forte dose de 3 g de vitamine C par jour a également montré des effets positifs sur l'état des muscles dans une autre étude. Après un entraînement excessif, une valeur inférieure de créatine kinase a été trouvée dans le sang des personnes testées dans le groupe de la vitamine C. Cela indique que moins de cellules musculaires ont été endommagées. Les sujets se sont également moins plaints de douleurs musculaires et le taux de glutathion comme marqueur du stress oxydatif était également plus positif que dans le groupe de comparaison.[26]

Cependant, toutes les études ne peuvent pas confirmer ces effets positifs. Par exemple, dans une étude de Theodorou et al. datant de 2011, la supplémentation en vitamine C n'a montré aucun effet sur les performances musculaires. Les performances d'endurance ne peuvent pas toujours être améliorées par la prise de compléments alimentaires à base de vitamine C non plus.[27] [28]

Les fumeurs ont besoin de vitamine C

La combustion incomplète du tabac produit environ 4000 composés chimiques, dont beaucoup sont considérés comme cancérigènes. En outre, chaque bouffée de cigarette libère de nombreux radicaux libres qui endommagent l'ADN et d'autres structures du corps. Cependant,le tabagisme entraîne non seulement un rétrécissement et un durcissement des vaisseaux sanguins, mais souvent aussi une carence en vitamine C. Cela augmente à son tour le risque de dommages consécutifs.

Les fumeurs ont un taux de vitamine C nettement inférieur à celui des non-fumeurs. Les personnes qui fument plus de 20 cigarettes par jour présentent un déficit important. Il y a probablement deux raisons à cela.D'une part, les fumeurs consomment beaucoup plus de vitamine C car ils ont un stress oxydatif accru. Deuxièmement, les fumeurs ont généralement une alimentation moins saine que les non-fumeurs. Mais même avec une consommation quotidienne de fruits et légumes nutritifs, le taux de vitamine C chez les fumeurs est souvent trop faible en raison de la consommation élevée.[29]

Vitamine C et BPCO

Les difficultés respiratoires, la toux et la bronchite sont les signes typiques de la maladie pulmonaire obstructive chronique (BPCO). La BPCO touche principalement les fumeurs. Une équipe de recherche coréenne a mené une étude avec plus de 3000 participants. 512 de ces participants étaient des patients atteints de BPCO.

Dans cette étude, un faible apport en vitamine C s'est avéré être un facteur de risque de maladie pulmonaire obstructive chronique. Même avec un apport quotidien de 85 à 140 mg de vitamine C, le risque de maladie chez les gros fumeurs a été réduit d'environ 76 % par rapport aux sujets ayant un apport quotidien inférieur à 48 mg.[30]

Amélioration de la fonction pulmonaire chez les fumeurs

La vitamine C semble également avoir un effet positif sur la fonction pulmonaire chez les fumeurs. En raison de l'inflammation chronique causée par la fumée de cigarette dans les voies respiratoires, de nombreux fumeurs souffrent de difficultés respiratoires. Lors du test de fonction pulmonaire, les fumeurs qui prennent plus de 70 mg de vitamine C par jour obtiennent de bien meilleurs résultats.[31]

Les fumeurs de longue date peuvent développer un emphysème au fil des ans. Cette situation est due à une destruction irréversible du tissu pulmonaire, qui entraîne une augmentation anormale de la teneur en air dans les poumons. Les symptômes typiques de la maladie sont l'essoufflement, la décoloration bleue de la peau et une amplitude respiratoire étroite.

Lors d'expérimentations animales, la vitamine C s'est avérée efficace dans la prévention de l'emphysème. La vitamine ne fait pas que contrer le stress oxydatif, elle stimule également la synthèse du collagène dans les tissus pulmonaires. Chez les rongeurs, une augmentation du facteur dit de croissance de l'endothélium vasculaire, qui stimule la croissance de l'endothélium vasculaire, a également été démontrée. Ainsi, les tissus pulmonaires endommagés par la fumée pourraient mieux se régénérer.[32][33]

La supplémentation en vitamine C chez les fumeurs pourrait ainsi être utilisée pour la prévention de l'emphysème par les médicaments. Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires pour tester son efficacité chez l'homme. Dans tous les cas, cependant, les fumeurs doivent tenir compte de l'augmentation des besoins en vitamine C et consommer au moins 130 mg de vitamine C par jour.

Le tabagisme pendant la grossesse et la vitamine C

Le fait que le tabagisme pendant la grossesse a des conséquences négatives sur la santé de l'enfant à naître devrait être connu de tous à l'heure actuelle. Les médecins estiment qu'une femme enceinte sur cinq continue néanmoins de fumer. La liste des dommages possibles pour l'enfant est longue :

  • Risque accru de fausse-couche ou de mortinatalité,
  • Réduction du poids à la naissance,
  • Décollement prématuré du placenta,
  • Dommages neurologiques,
  • Moins de matière cérébrale,
  • Malformations des doigts, des mains ou des jambes,
  • Risque accru de cancer.

Les femmes qui ne veulent pas renoncer à la cigarette pendant la grossesse peuvent réduire au moins partiellement les effets négatifs de la fumée de cigarette sur leur enfant en prenant de la vitamine C. Si la mère prend 500 mg de vitamine C par jour pendant la grossesse, la fonction pulmonaire de l'enfant s'améliore. Néanmoins, l'objectif premier devrait bien sûr toujours être l'abstinence de tabac.[34]

Besoins et dosage pour les patients atteints de cancer

Le nombre de cas de cancer est en constante augmentation dans le monde entier. D'ici 2012, 14 millions de personnes auront contracté la maladie maligne. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s'attend à ce que plus de 20 millions de personnes soient diagnostiquées chaque année en 2030.[35]

Les types de cancer les plus courants chez les hommes sont le cancer de la prostate, le cancer du côlon et le cancer du poumon. Les femmes, en revanche, sont principalement touchées par le cancer du sein et du côlon. Selon une étude britannique, 40 % de tous les cancers pourraient être évités grâce à des changements de mode de vie. Outre le tabagisme, l'alimentation et l'apport de nutriments et de substances vitales ont également une influence décisive sur le développement du cancer.[36] [37]

La vitamine C dans le traitement du cancer

Au début des années 1970, Linus Pauling a diffusé l'idée que la vitamine C joue un rôle décisif dans le traitement du cancer en tant qu'antioxydant. Pauling et ses collègues ont administré une perfusion de 10 g de vitamine C par jour pendant 10 jours à des patients atteints d'une tumeur en phase terminale. Le traitement a ensuite été poursuivi par une prise orale. Une augmentation significative de la durée moyenne de survie des patients a été observée.[38][39] [40]

Dans une étude réalisée par Monti et al. à partir de 2012, des patients atteints d'une tumeur métastatique du pancréas ont également reçu une administration intraveineuse de vitamine C. Cependant, la dose ici était de 50, 75 ou 100 g par perfusion et était administrée en combinaison avec la chimiothérapie. Malgré la courte période de traitement de huit semaines, la tumeur primaire a diminué chez certains patients.[41]

Drisko et al. etPadayatty et al. ont obtenu des succès similaires dans leurs études avec l'administration intraveineuse de vitamine C. Cependant, il convient de noter qu'il s'agit d'études avec relativement peu de participants et sans groupe de contrôle.[42] [43]

La vitamine C dans le cancer du côlon

Dans leur étude préclinique de 2015, Yun et al. ont révélé un mode d'action particulier de la vitamine C dans le cancer colorectal. Ils ont découvert que la vitamine C cible de manière sélective les cellules cancéreuses présentant des mutations dites KRAS ou BRAF.

Environ 40 % de toutes les tumeurs du côlon présentent une mutation du gène KRAS et sont insensibles à la thérapie par les anticorps monoclonaux cetuximab et panitumumab. 10 % de tous les patients atteints d'un cancer colorectal présentent une mutation du gène BRAF. Ces tumeurs sont considérées comme particulièrement agressives.

Les cellules qui sont affectées par cette mutation forment un transporteur de glucose spécifique à leur surface. La vitamine C peut entrer dans la cellule via ce transporteur et détruire les cellules cancéreuses.

Bien que les chercheurs n'aient jusqu'à présent obtenu de succès que dans le domaine de l'expérimentation animale, d'autres études cliniques avec des patients atteints de cancer doivent suivre à l'avenir. Si la thérapie s'avère efficace ici aussi, elle pourrait être utile pour les patients atteints d'un cancer du pancréas. On y trouve aussi fréquemment des mutations du KRAS.[44]

Amélioration de la qualité de vie des patients atteints de cancer

La thérapie à forte dose de vitamine C est bien tolérée par la plupart des patients atteints de cancer. Dans certaines études, les personnes testées font état d'une amélioration de leur qualité de vie. Ils sont moins susceptibles de souffrir de vomissements et de nausées ou de fatigue chronique. La supplémentation en vitamine C semble également réduire la toxicité et donc les effets secondaires de la chimiothérapie.[45] [46]

Supplément oral pour le cancer

Le succès dans le traitement du cancer ne pourrait être obtenu que par l'administration intraveineuse de fortes doses de vitamine C. Avec une supplémentation orale, les chercheurs n'ont pas pu atteindre des niveaux de vitamines suffisamment élevés dans le sang. Une supplémentation orale en vitamine C est donc plus susceptible de jouer un rôle dans la prévention du cancer.[47]

Prévention du cancer grâce à la vitamine C

Les études scientifiques soulignent à plusieurs reprises que la vitamine C pourrait jouer un rôle dans la prévention du cancer. Par exemple, une méta-étude de 1991 a montré un effet préventif significatif de la vitamine C sur le développement du cancer du larynx, de l'œsophage, de la cavité buccale et du pancréas. Des corrélations ont également été trouvées entre la vitamine C et le cancer du sein, de l'estomac, du col de l'utérus et du côlon.[48]

La prise de vitamine C semble également réduire le risque de cancer du poumon. Une autre méta-analyse de 2014 arrive à la conclusion suivante : si l'apport quotidien en vitamine C augmente de 100 mg, le risque de cancer du poumon est réduit d'environ 7 %.[49]

Résumé

Les études disponibles permettent de conclure que l'apport de vitamine C et la thérapie par perfusion à forte dose de vitamine C améliorent la qualité de vie des patients atteints de tumeurs et réduisent les effets secondaires de la chimiothérapie ou de la radiothérapie. Bien que les effets anti-tumoraux aient été prouvés dans de nombreuses études, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour les établir fermement dans le traitement standard du cancer.[50]

Pour la prévention du cancer, un apport régulier de vitamine C par l'alimentation et, si nécessaire, par des compléments alimentaires, est recommandé.[1]

Présence dans le corps

Bien que l'organisme humain ne soit pas capable de produire de la vitamine C, il peut la stocker. Les organes et les tissus tels que la rate, le cerveau ou les glandes surrénales servent de réserves. La vitamine C se trouve également dans le plasma sanguin et dans une partie des globules blancs (leucocytes). La capacité moyenne de stockage de la vitamine C se situe entre 1000 et 5000 mg.[51] [52]

Préparations de vitamine C

Les compléments alimentaires contenant de la vitamine C sont disponibles sous différentes formes. Tout d'abord, on peut faire une distinction entre la vitamine C synthétique et naturelle. La vitamine C naturelle, par exemple, est obtenue à partir de la cerise acérola, tandis que la vitamine C synthétique est produite en laboratoire à partir de la substance de base D-glucose.

Vitamine C naturelle vs. synthétique

Les études sur les animaux montrent des différences parfois importantes dans la biodisponibilité de la vitamine C artificielle et naturelle. La vitamine C provenant des fruits est mieux absorbée et utilisée par la plupart des animaux. Toutefois, ces résultats n'ont pas pu être reproduits dans des études sur l'homme. La vitamine C synthétique peut être utilisée par l'homme aussi bien que sa forme naturelle.[53]

Cependant, la vitamine C d'origine naturelle présente un avantage majeur : elle n'est généralement pas présente de manière isolée, mais en combinaison avec des substances végétales secondaires. Contrairement à l'acide ascorbique produit artificiellement, la vitamine C provenant des fruits fournit normalement aussi des substances végétales secondaires qui peuvent renforcer l'effet vitaminique et assurer que la vitamine ne soit pas décomposée trop rapidement.[54]

Gélules de vitamine C

La vitamine C est disponible sous forme de gélules et de poudre. Les gélules de vitamine C facilitent l'absorption régulière, car elles sont insipides et peuvent être avalées rapidement. Elles sont également bonnes pour l'estomac et bien tolérées. À mesure que la gélule se dissout dans l'estomac, le niveau de vitamine C augmente lentement et de façon continue.

Vitamine C en poudre

La vitamine C naturelle est également disponible sous forme de poudre. La poudre de vitamine C est idéale pour les personnes qui n'aiment pas avaler des gélules ou des comprimés. Le goût dépend de la substance d'origine. Par exemple, la poudre d'acérola, qui est riche en vitamine C, a un goût frais et fruité avec une agréable note aigre. La vitamine C en poudre peut être simplement mélangée à de l'eau ou ajoutée à un yaourt, un smoothie, etc. Le dosage peut être ajusté individuellement selon les besoins.

La vitamine C et la santé

La vitamine C et le stress

L'organisme humain réagit au stress par une surcharge ou une mauvaise utilisation. Les tensions peuvent être de nature très différente. Les déclencheurs internes comprennent, par exemple, la pression des performances ou du temps, le surmenage physique, la peur ou les problèmes dans le couple. Les facteurs de stress externes, en revanche, sont principalement le bruit, la chaleur ou le froid.

Pendant le stress, l'organisme libère davantage d'hormones de stress comme le cortisol. Le cortisol augmente le taux de sucre dans le sang afin que l'organisme dispose de suffisamment de glucose. Il influence également la pression sanguine et de nombreux autres processus métaboliques.

Risques liés au stress chronique

Le stress est un processus normal. Cependant, si le stress est permanent, le corps ne peut plus se rétablir. Le stress chronique a un effet négatif sur le métabolisme hormonal et favorise ainsi le développement de la dépression et de l'obésité. Le stress chronique augmente également le risque de maladies cardiovasculaires et de démence d'Alzheimer.[55] [56]

Depuis une bonne quinzaine d'années, les compagnies d'assurance maladie enregistrent une augmentation alarmante des congés maladie liés au stress. Sur 15 jours de maladie par habitant et par an, 2,5 jours de maladie sont dus à des troubles liés au stress mental, tels que l'anxiété, les troubles liés au stress et la dépression. Ces chiffres montrent clairement pourquoi il est important d'agir rapidement contre le stress et ses conséquences.[57] [58]

La vitamine C contre le stress

Lors d'expériences sur des animaux de laboratoire, les chercheurs ont pu réduire la libération de cortisol en cas de stress lors d'expériences avec de fortes doses de vitamine C. En même temps, ils ont réussi à réduire les réactions physiques liées au stress et ont pu réduire la mortalité liée au stress par ascorbidation.[59] [60]

Dans leur étude de 2002, Brody et al. ont cherché à savoir si ces résultats pouvaient être transférés aux humains. 120 adultes en bonne santé ont participé à l'étude en double aveugle contrôlée par placebo. Le test de stress social de Trèves a été utilisé pour générer un stress psychologique. La moitié des personnes testées ont pris 3000 mg de vitamine C par jour pendant une période de deux semaines avant ce test. L'autre moitié a reçu une préparation placebo.

Par rapport au groupe placebo, les participants du groupe vitamine C ont subjectivement ressenti moins de stress. Bien que leur taux de cortisol ait augmenté tout aussi rapidement, il a de nouveau baissé plus rapidement.

Les chercheurs ont également constaté un effet positif sur la tension artérielle : les valeurs de la pression artérielle systolique et diastolique ont moins augmenté dans le groupe de l'acide ascorbique sous l'effet du stress. En outre, la tension artérielle est retombée à sa valeur initiale après seulement 10 minutes environ, alors que les sujets sous placebo avaient encore des valeurs élevées de tension artérielle après 40 minutes.

Résumé

Le mécanisme exact d'action de la vitamine C sur le stress et ses effets n'est pas encore connu. Néanmoins, les propriétés largement diversifiées de l'effet réducteur de stress sont remarquables. En particulier, les patients qui ont une tendance aux maladies cardiovasculaires et qui sont également exposés à un stress chronique pourraient bénéficier d'une supplémentation en vitamine C.[61]

La vitamine C et le scorbut

Le scorbut est une maladie causée par une grave carence en vitamine C. Par conséquent, la maladie appartient à ce qu'on appelle l'hypo- ou avitaminose. Chez les nourrissons, le scorbut est également appelé syndrome de Möller-Barlow.

L'histoire du scorbut

Le scorbut était déjà connu en Égypte au deuxième millénaire avant Jésus-Christ. La maladie des carences en vitamines est également mentionnée dans les écrits du célèbre médecin Hippocrate et de l'auteur romain Pline. Cependant, la cause de la maladie était encore inconnue à l'époque.

Du XVèmeau XVIIIème siècle, le scorbut a été la principale cause de décès chez les marins. Le régime alimentaire unilatéral en mer, sans aliments frais, a conduit à une carence prononcée en vitamines chez de nombreux marins. En 1754, le médecin du navire, James Lind, a découvert par hasard que les agrumes aidaient à lutter contre cette redoutable maladie. Avec cela, le scorbut a au moins partiellement perdu de son caractère terrifiant.

De nombreux cas de la maladie ne sont réapparus chez les soldats que pendant les deux guerres mondiales, ainsi que dans les camps de concentration allemands et les camps de travail soviétiques.[62]

Scorbut - symptômes typiques

La maladie de carence se développe insidieusement, de sorte que les symptômes n'apparaissent souvent qu'après plusieurs mois. Les symptômes typiques sont les suivants :

  • Saignement des gencives,
  • Tumeurs des gencives,
  • Perte de dents,
  • Fatigue,
  • Mauvaise cicatrisation des plaies,
  • Inflammation de la peau et saignements,
  • Atrophie musculaire,
  • Fièvre,
  • Diarrhée,
  • Dépressions.

Dans le pire des cas, le scorbut entraîne la mort par insuffisance cardiaque.

Le scorbut à l'époque moderne

Bien que le scorbut ne joue plus aujourd'hui un rôle aussi important qu'autrefois, la maladie n'a pas été éradiquée. Cependant, on le trouve maintenant chez les personnes sous-alimentées, en particulier dans les pays en développement.

Mais même dans les pays industrialisés, les gens peuvent souffrir d'une carence prononcée en vitamine C. Les alcooliques, les personnes souffrant de maladies intestinales chroniques ou de troubles alimentaires sont particulièrement à risque. Comme le scorbut n'est pas très répandu, il y a un risque que la maladie soit négligée malgré ses symptômes caractéristiques. En 2011, par exemple, un garçon de huit ans est mort du scorbut au Pays de Galles.

Les patients présentant des symptômes de scorbut ou les personnes présentant des symptômes non spécifiques qui peuvent être attribués à un groupe à risque doivent donc être testés pour le scorbut. Une simple détermination du taux de vitamine C dans le sang est suffisante à cet effet.[63] [18] [64]

La vitamine C comme antioxydant

Les antioxydants protègent l'organisme contre les radicaux libres. Ces composés oxygénés hautement réactifs ont une structure chimique instable parce qu'ils sont dépourvus d'un électron. Pour redevenir complets, ils cherchent un électron approprié, qu'ils arrachent à une molécule intacte. Ce vol d'électrons est également connu sous le nom d'oxydation.

La molécule qui a perdu son électron au profit de la molécule radicale est maintenant aussi dépourvue d'un électron. Il devient donc lui-même un radical libre, qui cherche une particule appropriée. Ainsi, une réaction en chaîne s'amorce, qui conduit finalement au stress oxydatif.

Les radicaux libres, le stress oxydatif et ses conséquences

Un niveau élevé de stress oxydatif peut provoquer divers dommages dans l'organisme. Les radicaux libres perturbent le fonctionnement des cellules, voire entraînent leur mort. Ils endommagent l'ADN et désactivent les enzymes.

Les dégâts peuvent être exprimés comme suit :

  • Peau grise sans élasticité,
  • Vision réduite,
  • Hypertension artérielle,
  • Démence,
  • Plaintes conjointes,
  • Cancer.

Protection par les antioxydants

Les antioxydants tels que la vitamine C peuvent protéger l'organisme contre les radicaux libres nocifs de deux manières différentes. La vitamine C libère 'volontairement' un électron aux radicaux libres et protège ainsi les propres cellules du corps contre le processus d'oxydation. Si un électron est retiré d'une molécule de vitamine C, il ne devient pas un radical libre mais un radical stable. Cela brise la dangereuse chaîne de réaction.

Le potentiel antioxydant de la vitamine C

Diverses études confirment les propriétés antioxydantes de la vitamine C. Cependant, l'utilisation de suppléments contenant de la vitamine C pour protéger contre les maladies cardiovasculaires ou d'autres conséquences de l'exposition aux radicaux est controversée. Par exemple, une méta-analyse de 2007 fait état d'une augmentation de la mortalité liée à la prise régulière de suppléments d'antioxydants tels que les vitamines C, A et E. [65] [5] [66]

Cependant, il convient de noter que la plupart de ces études portent sur l'effet de la vitamine C isolée et généralement artificielle. Il est prouvé que la vitamine C provenant de sources naturelles comme l'acérola ou le baobab n'a pas ces effets indésirables.[67]

La vitamine C et le système immunitaire

La vitamine C est connue comme le stimulant immunitaire par excellence. Elle stimule la formation de globules blancs (leucocytes) et contribue également à la production d'interférons.

Les interférons sont des protéines ou des glycoprotéines qui ont non seulement un effet immunostimulant mais aussi des propriétés antivirales et antibactériennes. De plus, la vitamine C augmente l'activité des cellules dites tueuses naturelles, qui peuvent identifier et tuer les cellules anormales telles que les cellules cancéreuses ou les cellules infectées par un virus.[68] [69]

Prévenir les rhumes avec la vitamine C

Les enfants et les personnes âgées en particulier bénéficient de l'effet de renforcement du système immunitaire de la substance vitale. Par exemple, les enfants qui prenaient un ou deux grammes de vitamine C par jour dans le cadre d'une étude en double aveugle contrôlée par placebo ne s'absentaient pas souvent de l'école pour cause de maladie. Ils souffraient beaucoup moins souvent de rhumes et de toux que les enfants du groupe de comparaison.[70]

Une étude de 1998 montre également qu'une dose quotidienne de 200 mg de vitamine C peut stimuler l'efficacité des cellules immunitaires chez les personnes d'un âge avancé. Une autre étude de la même année confirme que le système immunitaire des femmes âgées est considérablement renforcé par l'apport de vitamine C et de vitamine E.[71] [72]

L'apport prophylactique de vitamine C peut non seulement réduire la fréquence des rhumes, mais aussi leur durée. En moyenne, la durée de la maladie est réduite de 8 % chez les adultes et jusqu'à 14 % chez les enfants. La gravité des symptômes du rhume est également réduite après une prophylaxie à la vitamine C.[73]

La vitamine C et les gencives qui saignent

La vitamine C joue un rôle crucial dans la santé des gencives et des dents. Le saignement des gencives est un symptôme typique du scorbut, maladie de carence en vitamines. Mais même un déficit moins prononcé peut causer des problèmes de gencives.

D'une part, un manque de vitamine C peut endommager les gencives en réduisant la production de collagène. D'autre part, la vitamine C a un effet antihistaminique. Si cela ne se produit pas, les inflammations sont plus fréquentes.[74]

Saignement des gencives dû à la gingivite

La gingivite (inflammation des gencives) est une cause fréquente de saignement des gencives. Dans la plupart des cas, cela est dû à une infection bactérienne. Les personnes concernées souffrent non seulement de saignements des gencives, mais aussi de douleurs. Si elle n'est pas traitée, la gingivite peut même entraîner la perte des dents.

La vitamine C contre l'inflammation des gencives et la parodontite

La vitamine C s'est avérée utile dans le traitement de la gingivite. Les produits de soins dentaires contenant de la vitamine C en particulier peuvent augmenter l'activité antioxydante de la salive et ainsi réduire l'inflammation.[75]

La vitamine C s'est avérée particulièrement efficace pour lutter contre la bactérie Porphyromonasgingivalis. La bactérie est considérée comme un marqueur d'une forme particulièrement grave et agressive de parodontite. Cela entraîne non seulement des saignements de gencives, mais aussi la perte des dents après peu de temps. La vitamine C peut réduire l'effet toxique des bactéries sur les cellules des gencives et ainsi lutter contre la parodontite.[76]

La vitamine C et la cicatrisation des plaies

La vitamine C joue un rôle clé dans la cicatrisation des plaies. Ainsi, la substance vitale est impliquée dans toutes les phases de la guérison. Une carence non détectée peut donc être à l'origine de troubles de la cicatrisation.

La vitamine C dans la phase d'exsudation

La cicatrisation des plaies se déroule en phases qui se succèdent dans le temps et se chevauchent en partie. Dans la phase d'exsudation, également appelée phase inflammatoire, l'accent est mis sur la stimulation du processus de guérison et la destruction des agents pathogènes envahissants. Les lymphocytes, les granulocytes neutrophiles, les monocytes et les macrophages sont particulièrement importants pour le nettoyage des plaies.

Les granulocytes neutrophiles, en particulier, dissolvent les tissus morts et absorbent également les bactéries. Ils se désintègrent ensuite et attirent ainsi d'autres cellules immunitaires. L'organisme a besoin de vitamine C pour ce processus important.[77]

La deuxième phase de cicatrisation

Dans la deuxième phase de la cicatrisation, la phase de prolifération ou de granulation, de nouveaux tissus se forment pour remplir la plaie. Les fibroblastes accélèrent la formation de nouveaux tissus par une synthèse accrue de collagène. La vitamine C joue un rôle important dans la formation du collagène.

En tant que cofacteur, cette substance vitale assure la conversion de la proline en hydroxyproline et de la lysine en hydroxylysine. Alors que l'hydroxyproline sert à renforcer la molécule de collagène, l'hydroxylysine assure la réticulation des molécules de collagène. Si ces processus de conversion n'ont pas lieu, seules des protéines structurelles endommagées sont formées.

La vitamine C dans la troisième phase de cicatrisation

Dans la troisième phase de la cicatrisation, le tissu défectueux de la deuxième phase de cicatrisation est transformé en tissu cicatriciel. Si la formation du collagène est perturbée en raison d'une carence en vitamine C, des cicatrices défectueuses et inesthétiques peuvent se développer.[78]

La vitamine C et l'artériosclérose

L'artériosclérose est le terme utilisé pour décrire les dépôts de graisse et de tissu conjonctif ainsi que les dépôts de calcium dans les vaisseaux sanguins artériels. La maladie chronique des artères entraîne des troubles circulatoires et, dans le pire des cas, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Les facteurs de risque de l'artériosclérose sont l'hypertension, le diabète sucré, le tabagisme et des taux élevés de lipides dans le sang. La prédisposition génétique semble également jouer un rôle dans le développement de l'artériosclérose.

Réduire les facteurs de risque

Des études récentes montrent que la vitamine C peut avoir une influence positive sur l'hyperlipidémie et l'hypertension en tant que facteurs de risque d'artériosclérose. Des études in vivo prouvent qu'un apport accru de vitamine C peut réduire les taux élevés de cholestérol et de triglycérides.

En particulier, les patients dont les valeurs de base se situent dans la fourchette moyenne et élevée peuvent bénéficier d'une supplémentation. En plus d'une réduction du mauvais cholestérol LDL, une augmentation modérée du cholestérol HDL, favorable à la santé, a également été démontrée.[79]

On estime que 50 à 60 % des personnes souffrant d'hypertension artérielle ont des artères calcifiées. La vitamine C peut avoir un effet positif sur la régulation de la pression artérielle et donc protéger contre l'artériosclérose. L'effet d'abaissement de la pression artérielle est probablement dû à la meilleure disponibilité de l'oxyde nitrique (NO). Le NO provoque une dilatation (vasodilatation) et un relâchement des vaisseaux sanguins. Cela permet également de réduire la pression artérielle.[80]

La vitamine C pour des vaisseaux sanguins sains

Une carence en vitamine C entraîne des hémorragies dues à une modification de la structure vasculaire. Ainsi, la substance vitale est nécessaire à la fois pour la synthèse et pour la liaison des brins de collagène dans les parois des vaisseaux sanguins. Les vaisseaux fragiles se sclérosent plus vite. De plus, la libération d'oxyde nitrique par les parois des vaisseaux est réduite en cas de fragilité de la structure des vaisseaux.[81]

La vitamine C pour la peau et les os

Cette vitamine est nécessaire à la formation du collagène, du cartilage et du tissu osseux. Des taches et des saignements ponctuels sur la peau ainsi qu'une diminution de la matière osseuse (ostéoporose) sont donc des signes possibles d'une carence en vitamine C.

L'importance de la vitamine C pour la peau

La peau est constituée de trois couches : l'épiderme, le derme et l'hypoderme. Cette structure unique permet de créer une barrière de protection contre les influences nocives extérieures. La vitamine C se trouve en forte concentration dans la peau. Là, la vitamine prend en charge différentes fonctions.[82]

Protection contre le rayonnement UV

En tant qu'antioxydant, la vitamine C peut protéger la peau contre les effets néfastes des rayons UV. Sous l'influence du rayonnement UV, il se forme des radicaux libres qui peuvent endommager la peau. Le stress oxydatif ne provoque pas seulement un vieillissement prématuré de la peau, il augmente également le risque de cancer de la peau comme le carcinome basocellulaire ou le mélanome.

La vitamine C peut réduire les lésions de l'ADN induites par les UV dans les kératinocytes de la peau et inhiber la libération de cytokines inflammatoires. Des études précliniques ont également montré une influence protectrice de la vitamine C sur le développement du cancer de la peau en raison de l'augmentation du rayonnement UV.[83] [84] [85]

La vitamine C contre les rides

Les propriétés antioxydantes de la substance vitale semblent également avoir un effet positif sur l'apparence de la peau. Ainsi, l'apport régulier de vitamine C avec la nourriture peut réduire les rides. L'application de crèmes contenant de la vitamine C peut également réduire la formation des rides. Cet effet est probablement basé sur la stimulation de la synthèse du collagène dans la peau.[86] [87]⁠⁠

La vitamine C pour la santé des os

En tant qu'antioxydant et cofacteur, la vitamine C est impliquée dans de nombreux processus métaboliques dans différents types de cellules du corps. Ainsi, cette substance vitale joue un rôle important non seulement pour la santé de la peau, mais aussi pour la santé des os.

Le tissu osseux est constitué d'une part de cellules osseuses (ostéocytes) et d'autre part d'une substance dure, la matrice osseuse. Outre les mucopolysaccharides, les fibres de collagène sont le principal composant de la matrice. La matrice osseuse rend l'os élastique à la pression et sert également à dissiper la pression.

La vitamine C étant impliquée comme cofacteur dans la synthèse du collagène, la substance vitale a une influence directe sur la qualité de l'os. De plus, la vitamine semble également stimuler les ostéoblastes à construire la substance osseuse.[88]

La vitamine C contre l'ostéoporose

L'ostéoporose est une maladie de l'appareil osseux qui est associée à une perte excessive de substance osseuse. C'est pourquoi la maladie est communément appelée perte osseuse. Les os perdent de leur force et se brisent plus rapidement. Les résultats de l'étude suggèrent que la vitamine C peut être utilisée pour prévenir l'ostéoporose.

L'étude Framingham sur l'ostéoporose a montré une corrélation significative entre l'apport en vitamine C et la densité osseuse, en particulier chez les hommes âgés. Plus le régime alimentaire des sujets contenait de vitamine C, moins la perte osseuse était observée sur la période d'observation de quatre ans.[89]

Cet effet positif a également été démontré dans d'autres études portant sur les femmes ménopausées. Elles font partie du principal groupe à risque d'ostéoporose. Les femmes qui souffrent également d'une carence en vitamine D sont celles qui bénéficient le plus d'un apport accru en vitamine C.[90] [91]

Vitamine C pour le cœur et les vaisseaux

Les maladies cardiovasculaires sont toujours la première cause de décès en Allemagne. 270 personnes sur 100 000 meurent chaque année de maladies cardiaques. Il s'agit notamment des maladies coronariennes, des insuffisances cardiaques et des crises cardiaques.[92]

La vitamine C pour un cœur en bonne santé

La principale cause de décès due au scorbut par carence en vitamine C est l'insuffisance cardiaque. Cela montre à quel point un apport suffisant en vitamines est important pour la santé cardiaque. Bien que le scorbut soit extrêmement rare dans les pays industrialisés, même des carences mineures peuvent affecter l'activité cardiaque.

Diverses études montrent que les personnes ayant un faible taux de vitamine C dans le sang, en particulier, ont un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires. Ils meurent aussi plus fréquemment de ces maladies que les personnes ayant un taux de vitamine C normal. Il n'est pas nécessaire d'avoir une carence grave en vitamine C pour que ces effets négatifs se produisent, et même de faibles niveaux qui sont en fait encore dans la norme peuvent augmenter le risque de tomber malade.[93] [94]

La vitamine C protège les vaisseaux

L'artériosclérose est la principale cause de maladies cardiovasculaires telles que les maladies artérielles périphériques occlusives ou les maladies coronariennes (CHD). Cela signifie que l'artériosclérose est également un facteur de risque majeur pour les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

La vitamine C peut avoir un effet positif sur la santé des vaisseaux sanguins. La substance vitale peut améliorer les fonctions de l'endothélium vasculaire en particulier. L'endothélium est une fine couche de cellules qui tapisse l'intérieur des vaisseaux sanguins. Les cellules endothéliales produisent entre autres du monoxyde d'azote (NO). Le NO dilate les vaisseaux et influence la pression sanguine et la coagulation du sang.

500 à 2000 mg de vitamine C par jour sur une période d'au moins deux semaines peuvent améliorer de manière significative la fonction endothéliale, selon les résultats des recherches d'Ashor et al.[95] [96]

La vitamine C pour les tissus conjonctifs faibles

La vitamine C est essentielle à la solidité du tissu conjonctif. Le tissu conjonctif est constitué de fibres élastiques et de fibres de collagène. La vitamine C est un composant important de la synthèse du collagène et donc aussi une condition préalable à la fermeté du tissu conjonctif.

La vitamine C contre la cellulite

De nombreuses femmes souffrent de la surface de peau à fossettes dans la région des cuisses et des fesses. La cellulite se développe dans le tissu adipeux sous la peau. Le tissu adipeux sous-cutané de la femme est divisé par un réseau de tissu conjonctif. Si le tissu conjonctif s'affaiblit, les bosses non aimées se développent.

La vitamine C renforce le tissu conjonctif en stimulant la synthèse du collagène et peut donc être utilisée pour le traitement et la prophylaxie de la cellulite.[97]

Études et références

  1. National Institutes of Health.Vitamin C — Health Professional Fact Sheet.
  2. Higdon, Jane.Vitamin C.Oregon State University.
  3. Burgwinkel, Ulrike.Skorbut - Die Entdeckung des Vitamin C (Archiv).Radiolexikon Gesundheit.
  4. Deni L.Dr. Linus Pauling and vitamin C.J Nurs Care,12(2):21, 1979, 33.
  5. Kuiper HC, Bruno RS, Traber MG, Stevens JF.Vitamin C supplementation lowers urinary levels of 4-hydroperoxy-2-nonenal metabolites in humans.Free Radic Biol Med., 50(7), 2011, 848–853.
  6. Rahman K.Studies on free radicals, antioxidants, and co-factors.Clin Interv Aging. 2007;2(2):219-36.
  7. Fain O.Carences en vitamine C.La Rev Médecine Interne., 25(12), 2004, 872–880.
  8. Smith VH. Vitamin C deficiency is an under-diagnosed contributor to degenerative disc disease in the elderly.Med Hypotheses, 74(4), 2010, 695–697.
  9. United States Department of Agriculture (USDA).Food Composition Databases Show Nutrients List.Agricultural Research Service.
  10. Kupczik, Ingrid. Verschwendete Kostbarkeiten.WELT am Sonntag, Veröffentlicht am 02.05.2004.
  11. Delva L, Schneider RG.Acerola ( Malpighia emarginata DC): Production, Postharvest Handling, Nutrition, and Biological Activity.Food Rev Int., 29(2), 2013, 107–126.
  12. Rahul J, Jain MK, Singh SP, et al.Adansonia digitata L. (baobab): a review of traditional information and taxonomic description.Asian Pac J Trop Biomed, 5(1), 2015, 79–84.
  13. Mayo Clinic Staff.Drug Supplements Vitamin C.Mayo Clinic, Oct. 18, 2017
  14. Nierensteine durch Vitamin C.Dienstag, 5. Februar 2013.
  15. Traxer O, Pearle MS, Gattegno B, Thibault P,.Vitamin C and stone risk. Review of the literature.Prog Urol., 13(6), 2003, 1290–1294.
  16. Deutsche Gesellschaft für Ernährung e. V.Vitamin C.
  17. Levine M, Padayatty SJ, Espey MG.Vitamin C: A Concentration-Function Approach Yields Pharmacology and Therapeutic Discoveries.Adv Nutr., 2(2), 2011, 78–88.
  18. Frei B, Birlouez-Aragon I, Lykkesfeldt J.Authors’ Perspective: What is the Optimum Intake of Vitamin C in Humans?.Crit Rev Food Sci Nutr., 52(9), 2012, 815–829.
  19. Linus Pauling Institute.Pauling Recommendation.Oregon State University.
  20. Tveden-Nyborg P, Vogt L, Schjoldager JG, et al.Maternal Vitamin C Deficiency during Pregnancy Persistently Impairs Hippocampal Neurogenesis in Offspring of Guinea Pigs.Baud O, Hrsg. PLoS One.7(10), 2012.
  21. Schjoldager JG, Paidi MD, Lindblad MM, et al.Maternal vitamin C deficiency during pregnancy results in transient fetal and placental growth retardation in guinea pigs.Eur J Nutr,54(4), 2015, 667–676.
  22. Aue, Katja.Vitamin C – als Antioxidans unverzichtbar.DAZ 2008, Nr. 6, S. 78, 07.02.2008.
  23. Hoppu U, Rinne M, Salo-Väänänen P, Lampi A-M, Piironen V, Isolauri E.Vitamin C in breast milk may reduce the risk of atopy in the infant.Eur J Clin Nutr, 59(1), 2015, 123–128.
  24. Tláskal P, Nováková V.The effect of natural and artificial nutrition on vitamin C and E levels in the normal infant.Cesk Pediatr, 45(7), 1990, 402–407.
  25. Nakhostin-Roohi B, Babaei P, Rahmani-Nia F, Bohlooli S.Effect of vitamin C supplementation on lipid peroxidation, muscle damage and inflammation after 30-min exercise at 75% VO2max.J Sports Med Phys Fitness, 48(2), 2008, 217–224.
  26. Bryer SC, Goldfarb AH.Effect of high dose vitamin C supplementation on muscle soreness, damage, function, and oxidative stress to eccentric exercise.Int J Sport Nutr Exerc Metab, 16(3), 2006, 270–280.
  27. Theodorou AA, Nikolaidis MG, Paschalis V, et al.No effect of antioxidant supplementation on muscle performance and blood redox status adaptations to eccentric training.Am J Clin Nutr, 93(6), 2011, 1373–1383.
  28. Bryant RJ, Ryder J, Martino P, Kim J, Craig BW.Effects of vitamin E and C supplementation either alone or in combination on exercise-induced lipid peroxidation in trained cyclists.J strength Cond Res., 17(4), 2003, 792–800.
  29. NICUS Nutrition Information Centre.Smoking and Vitamin C: Clarifying the concerns.University of Stellenbosch.
  30. Park HJ, Byun MK, Kim HJ, et al.Dietary vitamin C intake protects against COPD: the Korea National Health and Nutrition Examination Survey in 2012.Int J Chron Obstruct Pulmon Dis, 1, 2016, 2721–2728.
  31. Shin JY, Shim JY, Lee DC, Lee HR.Smokers With Adequate Vitamin C Intake Show a Preferable Pulmonary Function Test.J Am Coll Nutr., 34(5), 2015, 385–390.
  32. Koike K, Ishigami A, Sato Y, et al.Vitamin C Prevents Cigarette Smoke–Induced Pulmonary Emphysema in Mice and Provides Pulmonary Restoration.American Journal of Respiratory Cell, 50(2), 2014.
  33. Gupta I, Ganguly S, Rozanas CR, Stuehr DJ, Panda K.Ascorbate attenuates pulmonary emphysema by inhibiting tobacco smoke and Rtp801-triggered lung protein modification and proteolysis.Proc Natl Acad Sci. 113(29), 2016, E4208–E4217.
  34. McEvoy CT, Schilling D, Clay N, et al.Vitamin C Supplementation for Pregnant Smoking Women and Pulmonary Function in Their Newborn Infants.JAMA, 311(20), 2014, 2074.
  35. ZEIT ONLINE, AFP, dpa, sk.WHO-Studie: Krebserkrankungen steigen weltweit drastisch an.ZEIT ONLINE, 3. Februar 2014, 13:26 Uhr.
  36. Zentrum für Krebsregisterdaten im Robert Koch-Institut (Hrsg).Krebshäufigkeit - die aktuellen Zahlen.Berlin, 2016.
  37. Islami F, Goding Sauer A, Miller KD, et al.Proportion and number of cancer cases and deaths attributable to potentially modifiable risk factors in the United States.CA Cancer J Clin, 68(1), 2018, 31–54.
  38. Cameron E, Pauling L.Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: Prolongation of survival times in terminal human cancer.Proc Natl Acad Sci U S A, 73(10), 1976, 3685–3689.
  39. Cameron E, Pauling L.Supplemental ascorbate in the supportive treatment of cancer: reevaluation of prolongation of survival times in terminal human cancer.Proc Natl Acad Sci U S A, 75(9), 1978, 4538–4542.
  40. Cameron E, Pauling L, Leibovitz B.Ascorbic acid and cancer: a review.Cancer Res., 39(3), 1979, 663–681.
  41. Monti DA, Mitchell E, Bazzan AJ, et al.Phase I evaluation of intravenous ascorbic acid in combination with gemcitabine and erlotinib in patients with metastatic pancreatic cancer.PLoS One, 7(1), 2012, e29794.
  42. Drisko JA, Chapman J, Hunter VJ.The use of antioxidants with first-line chemotherapy in two cases of ovarian cancer.J Am Coll Nutr., 22(2), 2003, 118–123.
  43. Padayatty SJ, Riordan HD, Hewitt SM, Katz A, Hoffer LJ, Levine M.Intravenously administered vitamin C as cancer therapy: three cases.CMAJ, 174(7), 2006, 937–942.
  44. Yun J, Mullarky E, Lu C, et al.Vitamin C selectively kills KRAS and BRAF mutant colorectal cancer cells by targeting GAPDH.Science,350(6266), 2015, 1391–1396.
  45. Yeom CH, Jung GC, Song KJ. Changes of Terminal Cancer Patients’ Health-related Quality of Life after High Dose Vitamin C Administration.J Korean Med Sci, 22(1), 2007, 7.
  46. Ma Y, Chapman J, Levine M, Polireddy K, Drisko J, Chen Q.High-Dose Parenteral Ascorbate Enhanced Chemosensitivity of Ovarian Cancer and Reduced Toxicity of Chemotherapy.Sci Transl Med., 6(222), 2014.
  47. Padayatty SJ, Levine M.Reevaluation of ascorbate in cancer treatment: emerging evidence, open minds and serendipity.J Am Coll Nutr, 19(4), 2000, 423–425.
  48. Block G.Vitamin C and cancer prevention: the epidemiologic evidence.Am J Clin Nutr., 53(1), 1991, 270–282.
  49. Luo J, Shen L, Zheng D.Association between vitamin C intake and lung cancer: a dose-response meta-analysis.Sci Rep.,4, 2014, 6161.
  50. Fritz H, Flower G, Weeks L, et al.Intravenous Vitamin C and Cancer.Integr Cancer Ther., 13(4), 2014, 280–300.
  51. STORAGE OF VITAMIN C.JAMA, 108(5), 1937, 395.
  52. O’Hara PH, Hauck HM.Storage of Vitamin C by Normal Adults Following a Period of Low Intake.J Nutr., 12(4), 1936, 413–427.
  53. Carr A, Vissers M.Synthetic or Food-Derived Vitamin C—Are They Equally Bioavailable?.Nutrients, 5(11), 2013, 4284–4304.
  54. Landete JM.Dietary Intake of Natural Antioxidants: Vitamins and Polyphenols.Crit Rev Food Sci Nutr., 53(7), 2013, 706–721.
  55. Machado A, Herrera AJ, de Pablos RM, et al.Chronic stress as a risk factor for Alzheimer’s disease.Rev Neurosci., 25(6), 2014, 785–804.
  56. Gukelberger-Felix, Gerlinde.Dauerstress: Anhaltende Belastung führt zu Erkrankungen.SPIEGEL ONLINE, Montag, 07.04.2014.
  57. Entspann dich, Deutschland - TK-Stressstudie 2016.
  58. Olayaki LA, Sulaiman SO, Anoba NB.Vitamin C Prevents Sleep Deprivation-induced Elevation in Cortisol and Lipid Peroxidation in the Rat Plasma.Niger J Physiol Sci., 30(1–2), 2015, 5–9.
  59. Ortuño J, Esteban MA, Meseguer J.The effect of dietary intake of vitamins C and E on the stress response of gilthead seabream (Sparus aurata L.).Fish Shellfish Immunol., 14(2), 2003, 145–156.
  60. Zhou X, Xie M, Niu C, Sun R.The effects of dietary vitamin C on growth, liver vitamin C and serum cortisol in stressed and unstressed juvenile soft-shelled turtles (Pelodiscus sinensis).Comp Biochem Physiol A Mol Integr Physiol. , 135(2), 2003, 263–270.
  61. Brody S, Preut R, Schommer K, Schürmeyer TH.A randomized controlled trial of high dose ascorbic acid for reduction of blood pressure, cortisol, and subjective responses to psychological stress.Psychopharmacology (Berl)., 159(3), 2002, 319–324.
  62. Magiorkinis E, Beloukas A, Diamantis A.Scurvy: Past, present and future.Eur J Intern Med., 22(2), 2011, 147–152.
  63. Wijkmans RAA, Talsma K.Modern scurvy.J Surg case reports., (1), 2016.
  64. Olmedo JM, Yiannias JA, Windgassen EB, Gornet MK.Scurvy: a disease almost forgotten.Int J Dermatol., 45(8), 2006, 909–913.
  65. Mazloom Z, Hejazi N, Dabbaghmanesh M-H, Tabatabaei H-R, Ahmadi A, Ansar H.Effect of vitamin C supplementation on postprandial oxidative stress and lipid profile in type 2 diabetic patients.Pakistan J Biol Sci PJBS., 14(19), 2011, 900–904.
  66. Bjelakovic G, Nikolova D, Gluud LL, Simonetti RG, Gluud C.Mortality in Randomized Trials of Antioxidant Supplements for Primary and Secondary Prevention.JAMA., 297(8), 2007, 842.
  67. Thiel RJ.Natural vitamins may be superior to synthetic ones.Med Hypotheses., 55(6), 2005, 461–469.
  68. Dahl H, Degré M.The effect of ascorbic acid on production of human interferon and the antiviral activity in vitro.Acta Pathol Microbiol Scand B., 84B(5), 1976, 280–284.
  69. Vojdani A, Ghoneum M.In vivo effect of ascorbic acid on enhancement of human natural killer cell activity.Nutr Res., 13(7), 1993, 753–764.
  70. Coulehan JL, Reisinger KS, Rogers KD, Bradley DW.Vitamin C Prophylaxis in a Boarding School.N Engl J Med, 290(1), 1974, 6–10.
  71. Meydani SN, Meydani M, Blumberg JB, et al.Vitamine E Supplementation and In Vivo Immune Response in Healthy Elderly Subjects. A Randomized Controlled Trial.JAMA, May 7, 1997-Vol. 277, No. 17.
  72. de la Fuente M, Ferrández MD, Burgos MS, Soler A, Prieto A, Miquel J.Immune function in aged women is improved by ingestion of vitamins C and E.Can J Physiol Pharmacol. , 76(4), 1998, 373–380.
  73. Hemilä H, Chalker E.Vitamin C for preventing and treating the common cold.Cochrane Database Syst Rev, (1), 2013.
  74. Nakamoto T, McCroskey M, Mallek HM.The role of ascorbic acid deficiency in human gingivitis--a new hypothesis.J Theor Biol., 108(2), 1984, 163–171.
  75. Shimabukuro Y, Nakayama Y, Ogata Y, et al.Effects of an Ascorbic Acid–Derivative Dentifrice in Patients With Gingivitis: A Double-Masked, Randomized, Controlled Clinical Trial.Journal of Periodontology, 86(1), 2015, 27–35.
  76. Staudte H, Güntsch A, Völpel A, Sigusch BW.Vitamin C attenuates the cytotoxic effects of Porphyromonas gingivalis on human gingival fibroblasts.Arch Oral Biol., 55(1), 2010, 40–45.
  77. Vissers MCM, Hampton MB.The role of oxidants and vitamin C on neutrophil apoptosis and clearance.Biochem Soc Trans., 32(Pt3), 2004, 499–501.
  78. Moores J.Vitamin C: a wound healing perspective.Br J Community Nurs., Suppl:S6, 2013, 8-11.
  79. Hemilä H.Vitamin C and Plasma Cholesterol.Crit Rev Food Sci Nutr. , 32(l), 1992, 33–57.
  80. Ness AR, Chee D, Elliott P.Vitamin C and blood pressure--an overview.J Hum Hypertens., 11(6), 1997, 343–350.
  81. Lynch SM, Gaziano JM, Frei B.Ascorbic Acid and Atherosclerotic Cardiovascular Disease.Springer, Boston, MA, 1996, 331–367.
  82. Pullar JM, Carr AC, Vissers MCM.The Roles of Vitamin C in Skin Health.Nutrients, 9(8), 2017, 866.
  83. Darr D, Combs S, Dunston S, Manning T, Pinnell S.Topical vitamin C protects porcine skin from ultraviolet radiation-induced damage.Br J Dermatol. , 27(3), 1992, 247–253.
  84. Pauling L, Willoughby R, Reynolds R, Blaisdell BE, Lawson S.Incidence of squamous cell carcinoma in hairless mice irradiated with ultraviolet light in relation to intake of ascorbic acid (vitamin C) and of D, L-alpha-tocopheryl acetate (vitamin E).Int J Vitam Nutr Res Suppl., 23, 1982, 53–82.
  85. Pauling L.Effect of ascorbic acid on incidence of spontaneous mammary tumors and UV-light-induced skin tumors in mice.Am J Clin Nutr., 54(6), 1991, 1252–1255.
  86. Humbert PG, Haftek M, Creidi P, et al.Topical ascorbic acid on photoaged skin. Clinical, topographical and ultrastructural evaluation: double-blind study vs. Placebo.Exp Dermatol., 12(3), 2003, 237–244.
  87. Nusgens B V., Colige AC, Lambert CA, et al. Topically Applied Vitamin C Enhances the mRNA Level of Collagens I and III, Their Processing Enzymes and Tissue Inhibitor of Matrix Metalloproteinase 1 in the Human Dermis.J Invest Dermatol., 116(6), 2001, 853–859.
  88. Aghajanian P, Hall S, Wongworawat MD, Mohan S.The Roles and Mechanisms of Actions of Vitamin C in Bone: New Developments.J Bone Miner Res., 30(11), 2015, 1945–1955.
  89. Sahni S, Hannan MT, Gagnon D, et al.High Vitamin C Intake Is Associated with Lower 4-Year Bone Loss in Elderly Men.J Nutr., 138(10), 2008, 1931–1938.
  90. Kim YA, Kim KM, Lim S, et al.Favorable effect of dietary vitamin C on bone mineral density in postmenopausal women (KNHANES IV, 2009): discrepancies regarding skeletal sites, age, and vitamin D status.Osteoporos Int., 26(9), 2015, 2329–2337.
  91. SUGIURA M, NAKAMURA M, OGAWA K, IKOMA Y, YANO M.High Vitamin C Intake with High Serum ß-Cryptoxanthin Associated with Lower Risk for Osteoporosis in Post-Menopausal Japanese Female Subjects: Mikkabi Cohort Study.J Nutr Sci Vitaminol, 62(3), 2016, 185–191.
  92. Pressemitteilung Deutscher Herzbericht: Sterblichkeit durch Herzerkrankungen angestiegen. Deutsche Herzstiftung, Frankfurt a. M./Berlin, 17. Januar 2018.
  93. Pfister R, Sharp SJ, Luben R, Wareham NJ, Khaw K-T.Plasma vitamin C predicts incident heart failure in men and women in European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition–Norfolk prospective study.Am Heart J., 162(2), 2011, 246–253.
  94. Khaw KT, Bingham S, Welch A, et al.Relation between plasma ascorbic acid and mortality in men and women in EPIC-Norfolk prospective study: a prospective population study. European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition.Lancet (London, England), 357(9257), 2001, 657–663.
  95. Ashor AW, Siervo M, Lara J, Oggioni C, Afshar S, Mathers JC.Effect of vitamin C and vitamin E supplementation on endothelial function: a systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials.Br J Nutr. , 13(08), 2015, 1182–1194.
  96. Moser MA, Chun OK.Vitamin C and Heart Health: A Review Based on Findings from Epidemiologic Studies.Int J Mol Sci., 17(8), 2016, 1328.
  97. Padayatty SJ, Levine M.Vitamin C: the known and the unknown and Goldilocks.Oral Dis., 22(6), 2016, 463–493.
Vitamine C
La vitamine C est l'une des vitamines les plus importantes pour la santé. Non seulement elle renforce le système immunitaire et nous protège des rhumes, mais elle nous rend aussi plus résistants au stress. L...

Recommendations

Vos avantages

  • Livraison offerte

  • GARANTIE 100 JOURS

    Satisfait ou remboursé

  • ÉCONOMISEZ JUSQU'À 20%

    avec nos remises sur volume et 5% de Bonus Panier

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PayPal, Carte Bancaires, Carte de crédit, Prélèvement automatique

Ce que disent nos clients

Excellent
Anonymous: "All okay"
22 novembre 2020
Gitte: "Excellent"
16 octobre 2020
Jolanta: "Szybko dostarczone do domu polecam"
14 septembre 2020
Afficher tous les avis >