La vitamine K, non seulement importante pour la coagulation du sang

Informations, effets, carences, dosage, effets secondaires

La vitamine K est une vitamine liposoluble qui joue un rôle décisif, notamment dans la formation des facteurs de coagulation. La substance vitale est également impliquée dans le métabolisme osseux et régule la croissance cellulaire. Une carence en vitamine K peut, entre autres, entraîner une tendance accrue aux saignements. Bien que le corps soit capable de produire la vitamine lui-même dans une certaine mesure, il est essentiel qu'elle soit fournie par l'alimentation et/ou les compléments alimentaires afin de répondre à la demande.

Qu'est-ce que la vitamine K ?

La vitamine K n'est en fait pas une simple vitamine. Il faudrait plutôt parler des vitamines K, car la vitamine K3 produite synthétiquement est l'une des plus importantes substances vitales à efficacité vitaminique K, en plus de la vitamine K1 et de la vitamine K2.

Le K, dans le nom des vitamines K, signifie 'coagulation'. En médecine, la coagulation est le terme utilisé pour décrire la coagulation du sang. Il devient alors évident que la vitamine K joue un rôle important dans la coagulation du sang. Tout comme les vitamines E, D et A, les vitamines K sont également des vitamines liposolubles.

Histoire de la vitamine K

C'est le scientifique danois Carl Peter Henrik Dam qui a découvert la substance vitale. Dans les années 1920, il a fait des recherches sur la synthèse du cholestérol chez les poussins et a administré un régime sans cholestérol aux animaux. Au bout de deux semaines environ, il a remarqué que les animaux testés présentaient des saignements dans les muscles, la peau et d'autres organes.

Comme Dam a pu exclure une carence en d'autres vitamines, il a conclu de ces observations qu'une carence en une substance jusqu'alors inconnue devait être à l'origine de ces hémorragies. Il a appelé cette substance vitamine K.

Après de nombreuses expériences d'alimentation, Dam a réalisé que la vitamine K est une vitamine essentielle et liposoluble. La structure chimique a été élucidée à la fin des années 1930 à l'université de Berkeley en Californie. Pour la découverte de cette vitamine, Henrik Dam et Edward Adelbert Doisy, qui ont réalisé l'élucidation structurelle, ont reçu conjointement le prix Nobel de médecine.

Différenciation K1, K2, K3

Même si la vitamine K n'est souvent mentionnée qu'en passant, il s'agit de tout un groupe de vitamines. Il existe plus de 100 composés connus qui ont l'efficacité de la vitamine K. Pour le corps humain, cependant, seules 3 de ces substances sont importantes.

Alors que les vitamines K1 et K2 font partie des vitamines naturelles, la vitamine K3 est une substance produite synthétiquement.

La vitamine K1

Cette vitamine est également connue sous le nom de phylloquinone. Il s'agit principalement d'un composant des 'chloroplastes' que l'on trouve dans les plantes vertes. Chez les plantes, la phylloquinone est impliquée dans la photosynthèse. Chez l'homme, le corps utilise la vitamine pour produire des facteurs de coagulation dans le foie.

La vitamine K2

Un autre nom pour la vitamine K2 est la ménaquinone. Environ la moitié des besoins en vitamine K des personnes en bonne santé est fournie par la production de vitamine K2 par les bactéries de la flore intestinale humaine, par exemple Escherichia coli ou Bacteroidesfragilis. Mais les aliments fermentés comme le natto contiennent également de la vitamine K2.

Tout comme la vitamine K1, le corps a également besoin de la vitamine K2 pour le fonctionnement de la coagulation sanguine. La substance fonctionne également comme un cofacteur du métabolisme osseux et semble jouer un rôle dans la prévention de la calcification vasculaire (artériosclérose).[1]

La vitamine K3

La vitamine K3, également appelée ménadione, n'est pas une substance naturelle. La vitamine artificielle est obtenue par un processus d'oxydation du 2-méthylnaphtalène avec de l'acide nitrique ou de l'acide chromique.

Dans le passé, la ménadione sous sa forme hydrosoluble était utilisée en médecine. Cependant, en raison de son effet toxique, la vitamine synthétique n'est plus utilisée aujourd'hui. Ainsi, la ménadione peut perturber la fonction du glutathion et donc endommager les parois cellulaires. La ménadione n'étant donc plus approuvée pour un usage médical, le traitement d'une carence en vitamine K s'effectue généralement par une supplémentation en phylloquinone (vitamine K1).

La vitamine K dans l'alimentation

Il existe de nombreux aliments qui contiennent de la vitamine K. Cette vitamine se trouve principalement dans les légumes verts. Par exemple, les variétés de choux verts comme les choux de Bruxelles ou le chou frisé contiennent des taux relativement élevés de vitamine K. Il est important de savoir qu'il s'agit de la vitamine K1.

Le corps peut en effet mieux absorber la vitamine K2. Cette forme de vitamine ne se trouve cependant qu'en quantité importante dans quelques aliments. Il s'agit notamment de la viande, des œufs et des produits laitiers. Le natto a une teneur particulièrement élevée en vitamine K2. Le natto est un produit traditionnel japonais fabriqué à partir de graines de soja fermentées.

Vitamine K dans les aliments en microgrammes par 100 grammes : [2]

Il convient de noter que toute la vitamine K ne peut pas être absorbée par les aliments. Le taux d'absorption dépend également de l'état de l'intestin. Il faut également tenir compte des pertes de cuisson jusqu'à 50 %.

Fruits et légumes :

  • Cresson : 541
  • Épinards crus : 483
  • Chou frisé : 390
  • Brocoli : 224
  • Choux de Bruxelles : 177
  • Haricots verts : 38
  • Groseilles à grappes : 20
  • Myrtilles : 17

Viande et poisson :

  • Thon (à l'huile) : 7
  • Dinde : 4,5
  • Poulet : 4,5
  • Viande bovine : 1,7

Lait, produits laitiers et œufs :

  • Beurre : 7
  • Œuf : 4,5
  • Crème : 3,2
  • Mozzarella : 2,3
  • Fromage feta : 1,8
  • Lait : 0,5

La vitamine K de l'intestin

La vitamine K2 est produite par les bactéries dans l'intestin. En plus des diverses souches d'Escherichia coli, celles-ci comprennent des bactéries du groupe Bacteroidesfragilis. La quantité de vitamine K produite dans l'intestin, et si elle est suffisante, dépend donc principalement d'une flore intestinale saine. En cas de dysbiose avec un manque de bactéries productrices de vitamines, une carence en vitamines peut rapidement se développer.

La vitamine K provenant des aliments et la vitamine K2 de l'intestin atteignent le foie par la paroi intestinale et la veine porte. Les précurseurs inactifs des facteurs de coagulation vitaux y sont transformés en leur forme active à l'aide de la substance vitale.

Effets de la vitamine K

La fonction la plus importante de la vitamine K dans le corps humain est la coagulation du sang. Sans cette vitamine, l'organisme ne peut pas produire de facteurs de coagulation actifs. Sans facteurs de coagulation, nous ferions une hémorragie mortelle en très peu de temps si nous étions blessés.

Mais la fonction des facteurs de coagulation ne dépend pas seulement d'un niveau suffisant de vitamine K.

La protéine ostéocalcine, qui régule la minéralisation des os, est également dépendante de cette vitamine.

La vitamine K a d'autres effets et fonctions importants dans l'organisme :

  • Elle empêche les dépôts de calcium dans les tissus mous tels que les artères et le cartilage,
  • Elle régule la division et la migration cellulaires,
  • Elle est impliquée dans de nombreux processus de réparation.

Formes de vitamine K

Parmi les vitamines K, on distingue principalement la vitamine K1, la vitamine K2 et la vitamine K3. Celles-ci varient en termes de structure chimique et, dans certains cas, ont également des effets différents.

En ce qui concerne la structure fine, on peut faire d'autres distinctions pour la vitamine K1 et la vitamine K2. Les formulaires les plus fréquemment utilisés sont les suivants :

  • MK4,
  • MK7 all-trans,
  • MK7 sharp,
  • MK9.

La variante MK9 a été peu étudiée et n'est approuvée comme complément alimentaire qu'aux États-Unis. La vitamine K MK4 n'étant efficace qu'à fortes doses, seule la forme MK7 présente un intérêt thérapeutique. Cependant, la prudence est de mise ici car toutes les variantes du formulaire MK7 ne peuvent pas être utilisées par l'organisme.

La différence entre MK7 all-trans et cis

La vitamine K2 MK7 est actuellement considérée comme la forme de vitamine ayant la biodisponibilité la plus élevée. Toutefois, cela n'est vrai que pour la MK7 all-trans et non pour la MK7 cis. D'un point de vue chimique, les deux formes sont identiques, elles ne diffèrent que par une petite structure moléculaire géométrique.

Afin de pouvoir développer leur plein effet, les molécules de vitamines doivent s'arrimer à la paroi cellulaire. Alors que le récepteur sur la paroi cellulaire et le tout-terrain de la vitamine K2 MK7 s'assemblent comme une clé et une serrure, la forme cis est plus difficile à mettre en place.[3]

Un complément alimentaire qui contribue efficacement à l'apport en vitamine K devrait idéalement avoir une teneur en cis faible ou nulle.

Besoins en vitamine K

Les besoins exacts en vitamine K ne sont pas encore totalement connus. On suppose que le corps a besoin d'environ 1 microgramme de vitamine K par kilogramme de poids corporel par jour. Cela signifie que le besoin quotidien moyen est de 80 microgrammes. [4]

Cependant, des études plus récentes supposent que cela n'est pas suffisant. Les calculs ci-dessus sont basés sur l'hypothèse (dépassée) que la vitamine K n'est importante que pour la coagulation du sang. En tenant compte de toutes les tâches, de nombreux scientifiques estiment que les besoins sont beaucoup plus importants. Le besoin optimal estimé est donc de 150 à 200 microgrammes par jour.[5]

La Société allemande de nutrition (DGE) reste bien en deçà de ce montant avec ses recommandations. Elle recommande (en microgrammes par jour) : [6]

  • Nourrissons jusqu'à 4 mois : 4 mcg,
  • Nourrissons de 4 à 12 mois : 10 mcg,
  • Enfants et adolescents jusqu'à 15 ans : 15 à 50 mcg,
  • Adultes de moins de 65 ans : 60 à 70 mcg,
  • Adultes de plus de 65 ans : 65 à 80 mcg,
  • Femme enceinte : 60 mcg,
  • Mères qui allaitent : 60 mcg.

Carence en vitamine K

La vitamine K est contenue dans de nombreux aliments, donc un régime alimentaire équilibré devrait en fait couvrir les besoins. Cependant, divers facteurs peuvent affecter le niveau des aliments et de l'apport en vitamines et rendre une supplémentation nécessaire.

D'une part, les fruits et légumes perdent des substances vitales lors d'un stockage prolongé. Certaines vitamines sont également détruites lors de la cuisson. Pour pouvoir absorber la vitamine K, les intestins doivent être intacts. Les perturbations du microbiome, c'est-à-dire de la flore intestinale, peuvent nuire à l'absorption. Même avec un approvisionnement suffisant, la quantité effectivement absorbée peut être trop faible.

Une partie non négligeable des besoins en vitamine K est également couverte par la production de vitamine K par les bactéries intestinales. Si ces bactéries productrices de vitamines sont trop peu présentes, une carence peut se développer qui ne peut être compensée par l'alimentation.

Symptômes et causes des carences

Divers autres facteurs peuvent favoriser le développement d'un défaut. Il s'agit notamment de :

  • La malnutrition,
  • L'alcoolisme,
  • Les maladies chroniques du foie telles que l'hépatite B ou C,
  • Les maladies (chroniques) de l'estomac et de l'intestin telles que la diarrhée chronique ou les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse,
  • La mucoviscidose (fibrose kystique),
  • La prise d'antibiotiques ou de médicaments fixant les acides biliaires ainsi que la prise de dérivés de la coumarine (antagonistes de la vitamine K),
  • La surcharge pondérale prononcée.

La vitamine K est impliquée dans la formation de plusieurs facteurs de coagulation dans le foie. Il s'agit notamment du facteur II, du facteur VII et des protéines C, S et Z. En cas de carence en vitamine K, ces facteurs de coagulation ne sont produits qu'en quantité insuffisante.

En fin de compte, cela entraîne un temps de coagulation du sang prolongé et donc une perte de sang, des troubles de la cicatrisation, de l'anémie et une formation accrue d'hématomes (bleus) même dans le cas de blessures mineures.

En outre, la vitamine K a également une fonction dans le métabolisme du calcium et s'oppose à la calcification des tissus et des os. Un manque de vitamine K favorise donc le développement des maladies suivantes :

  • Calcification vasculaire (artériosclérose),
  • Ostéoporose (perte osseuse),
  • Arthrites (inflammation des articulations).

De plus, un manque de vitamine K peut faire que l'insuline, une hormone, ne puisse plus exercer son effet sur les cellules du corps. Avec cette soi-disant résistance à l'insuline, il reste trop de sucre dans le sang. La résistance à l'insuline est la principale cause de la maladie métabolique du diabète sucré de type 2.

Carence en vitamine K chez les bébés

Pendant la grossesse, il n'y a pratiquement pas de transfert de vitamine K de la mère à l'enfant via le placenta. Cela signifie que les bébés naissent avec un taux de vitamine K très faible dans le sang. À l'exception du colostrum, le lait maternel ne contient pas non plus de quantités appréciables de vitamine K. Les aliments artificiels pour bébés, en revanche, sont enrichis en vitamine K.

Afin de prévenir les troubles de la coagulation sanguine chez les nouveau-nés et les hémorragies mortelles qui y sont associées, les enfants reçoivent des injections ou de la vitamine K par voie orale peu après la naissance. La dose ici est de 3 fois 2 milligrammes. Cependant, tous les experts ne considèrent pas ces doses uniques élevées comme étant recommandables.

Une alternative est l'administration continue et à faible dose de 25 à 50 microgrammes de vitamine K sur une période de 12 semaines. Cette prophylaxie peut également être complétée par une dose unique, légèrement plus élevée, de 1 à 2 milligrammes directement après la naissance.[7]

La question de savoir s'il est possible d'augmenter la teneur en vitamine K du lait maternel par une supplémentation en vitamine K est actuellement controversée. Si Saga et al. ont obtenu de bons résultats avec l'administration de la vitamine dans leur étude de 1989, Pietschnig et al. n'ont pas pu confirmer ces succès. Il serait souhaitable de poursuivre les recherches dans ce domaine.[8] [9]

La vitamine K et la coagulation du sang

La coagulation du sang (hémostase) est un processus vital dans lequel les saignements causés par des blessures sont stoppés. Cela permet d'éviter qu'une trop grande quantité de sang ne s'échappe du système circulatoire et ne provoque un choc mortel. La coagulation du sang est également une condition préalable importante à la guérison des blessures.

Coagulation primaire et secondaire du sang

La coagulation du sang peut être divisée en deux processus. Dans l'hémostase primaire, les plaquettes sanguines (thrombocytes) se fixent aux cellules de la paroi du vaisseau sanguin endommagé et deviennent étroites. D'autres plaquettes s'attachent et se collent ensemble, assurant ainsi une première fermeture provisoire de la plaie.

Dans l'hémostase secondaire, des fils de fibrine renforcent cette fermeture. Pour cela, les facteurs de coagulation contenus dans le plasma sanguin doivent être activés. La vitamine K joue donc surtout un rôle dans cette hémostase secondaire.

Facteurs de coagulation et vitamine K

L'hémostase secondaire produit un réseau de fibrine, qui contient des globules rouges en plus des plaquettes. Pour que ce thrombus rouge, qui referme bien la plaie, se développe, il faut mettre en route une cascade de coagulation. Les premiers facteurs de coagulation dans le sang sont activés par le clivage protéolytique.

Ces facteurs de coagulation activés activent à leur tour d'autres facteurs, ce qui entraîne un processus d'auto-renforcement connu sous le nom de 'cascade de coagulation'. Si des perturbations se produisent dans cette cascade, l'hémostase ne fonctionne pas ou fonctionne de façon inadéquate.

La vitamine K aide l'organisme à convertir les facteurs de coagulation II, VIII, IX et X en une forme active. En cas de carence en vitamine K, les facteurs de coagulation ne peuvent pas être suffisamment activés et la cascade s'arrête.

En outre, la vitamine K est également impliquée dans la production des protéines C et S. Celles-ci sont synthétisées dans le foie et agissent comme des anticoagulants. La vitamine K ne fait donc pas seulement partie de l'hémostase, mais joue également un rôle important dans la régulation de la coagulation sanguine en général. [10] [11]

Thérapie à la vitamine K et à la coumarine

En influençant la vitamine K, il est donc possible d'intervenir dans la coagulation du sang. Les dérivés de la coumarine tels que la warfarine sont principalement utilisés à cette fin. Ceux-ci inhibent l'activation des facteurs de coagulation II, VII, IX et X par la vitamine. Ils sont donc aussi appelés antagonistes de la vitamine K.

Les dérivés de la coumarine sont utilisés pour inhiber la coagulation du sang et pour prévenir la formation de caillots sanguins et d'embolies. Leurs principales indications sont la fibrillation auriculaire chronique. Les médecins prescrivent également des dérivés de la coumarine pour le remplacement des valves cardiaques afin de réduire la formation de thrombus et le risque accru d'accident vasculaire cérébral qui en découle.

La prise de ces médicaments peut entraîner le développement d'hématomes relativement importants, même en cas de blessures mineures. Des hémorragies dans différents systèmes d'organes sont également possibles. Une surdose peut donc entraîner des hémorragies qui mettent la vie en danger.

Lors d'un traitement avec des dérivés de la coumarine, l'apport de vitamine K est absolument contre-indiqué. Même de petites quantités de 1 à 2 milligrammes annulent l'effet des antagonistes de la vitamine K. D'autre part, ce mécanisme peut être utilisé si, par exemple, la tendance aux saignements des patients traités par des dérivés de la coumarine doit être réduite en raison d'une opération à venir.[12]

Vitamine K et métabolisme

La vitamine K, qui est absorbée par les aliments, atteint le tissu intestinal par transport actif et diffusion. De là, elle est transportée jusqu'au foie. Le foie peut stocker de la vitamine K sur une période de 14 jours.

Avant que la vitamine K puisse devenir efficace dans l'organisme, elle doit d'abord être activée. Cela se passe dans une partie spécifique de la cellule, le réticulum endoplasmique. C'est là que la vitamine K provenant des aliments est convertie en vitamine K hydroquinone sous forme active.

Inversement, il est également possible de passer de la forme active à la forme non active des vitamines. Dans le cycle de la vitamine K, également appelé métabolisme de la vitamine K, la vitamine peut donc passer de l'une à l'autre de ses deux formes.

Certains médicaments peuvent interférer avec ce cycle de la vitamine K et empêcher la conversion à la forme active. Il s'agit, par exemple, des anticoagulants warfarine et marcoumar. Mais certains antibiotiques interfèrent également avec le métabolisme. Cela peut entraîner des symptômes de carence malgré une offre suffisante.

Vitamine K, os et articulations

Pendant longtemps, on a supposé que la vitamine K ne jouait qu'un rôle dans la coagulation du sang. Il est clair cependant que les tâches et les fonctions de la substance vitale vont au-delà de cela. Outre la coagulation du sang, la vitamine est également impliquée dans le métabolisme osseux. La vitamine K2, en particulier, est importante pour la santé du squelette et des articulations.

La vitamine agit comme un cofacteur dans l'activation de certaines protéines. Il s'agit notamment de l'ostéocalcine et de la protéine Gla de la matrice.

L'ostéocalcine, une hormone peptidique, se forme dans l'os et se lie au calcium et à l'hydroxyapatite. Elle est donc un marqueur important de la formation osseuse et contribue à la stabilité de l'os. La protéine Matrix-Gla empêche la calcification du tissu cartilagineux et des parois des vaisseaux.

La vitamine K2 contribue donc à garantir que le calcium provenant des aliments est stocké dans les os et non dans les articulations ou les artères. Cette substance vitale a donc non seulement un effet positif sur la santé des os et des articulations, mais elle protège également le système cardiovasculaire.

La vitamine K et l'ostéoporose

Dans l'ostéoporose, également appelée perte osseuse, les os perdent leur solidité et deviennent cassants. Il en résulte une augmentation de l'incidence des fractures osseuses sans cause apparente. Les femmes après la ménopause sont particulièrement souvent touchées par l'ostéoporose en raison des changements hormonaux.

Si l'administration de vitamine K n'est pas encore très répandue en Allemagne pour l'ostéoporose, dans d'autres pays comme le Japon, la supplémentation est depuis longtemps un médicament standard. Diverses études scientifiques suggèrent que la combinaison de la vitamine D et de la vitamine K en particulier peut améliorer la santé et la stabilité des os.

Le calcium et la vitamine D sont également fréquemment prescrits en Allemagne pour l'ostéoporose. Cependant, diverses études scientifiques montrent que si l'administration de calcium et de vitamine D peut réduire le risque de fractures osseuses, elle augmente également le risque d'artériosclérose. C'est là que la vitamine K entre en jeu, car elle s'oppose aux dépôts dans les vaisseaux sanguins et favorise l'incorporation du calcium dans l'os.

Plusieurs études montrent que l'administration simultanée de vitamine D, de calcium et de vitamine K peut réduire le risque de fracture osseuse sans augmenter le risque de calcification des vaisseaux. [13] [14]

La vitamine K2 pour des articulations saines

Les protéines dépendantes de la vitamine K, comme la protéine Matrix-Gla, ne se trouvent pas seulement dans les os mais aussi dans le cartilage. Une activation insuffisante de ces protéines semble avoir un effet négatif sur l'état du cartilage et donc aussi sur la santé des articulations.

Diverses études ont montré une corrélation claire entre le statut en vitamine K et l'apparition de maladies articulaires. Par exemple, les participants à une étude clinique ayant un faible taux de vitamines dans le plasma ont souffert beaucoup plus fréquemment de lésions du cartilage et du ménisque du genou que les participants à une étude ayant un taux de vitamines suffisamment élevé.[15]

La vitamine K et la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie de la forme rhumatismale. Aussi appelée polyarthrite chronique, la maladie est associée à des douleurs et des gonflements articulaires.

Des scientifiques japonais ont étudié l'influence de la vitamine K2 MK4 sur la propagation des fibroblastes synoviaux chez le rat. Ces fibroblastes synoviaux activés sont largement responsables des processus de dégradation du cartilage dans la polyarthrite rhumatoïde.

Dans les expériences sur les animaux, la vitamine K2 a inhibé l'activité et la propagation de ces fibroblastes synoviaux. Cela suggère que la substance vitale pourrait être utilisée dans la thérapie de la polyarthrite rhumatoïde après des recherches plus approfondies.[16]

Vitamine K et calcification vasculaire

La calcification vasculaire, également appelée artériosclérose en médecine, est l'une des principales causes des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et autres troubles circulatoires. Au cours de la maladie, des dépôts et des calcifications se développent dans les parois vasculaires des artères. Ces plaques font en sorte que la paroi vasculaire, en fait très élastique, non seulement s'épaissit mais devient aussi plus rigide.

En conséquence, le sang ne peut plus circuler aussi bien dans les vaisseaux affectés. Cela conduit à des troubles circulatoires. Il y a également le risque de formation d'un caillot de sang (thrombus), qui scelle complètement le vaisseau. Une telle fermeture de vaisseau dans les artères coronaires entraîne une crise cardiaque. Si les vaisseaux du cerveau se bloquent, on parle d'accident vasculaire cérébral.

Les principaux facteurs de risque pour le développement de l'artériosclérose sont les suivants :

  • Fumer,
  • Diabète sucré,
  • Taux de cholestérol LDL élevé dans le sang,
  • Taux élevé de triglycérides dans le sang.

Les plaques dans les vaisseaux sanguins sont principalement constituées de cholestérol et de calcium. En activant la protéine Gla de la matrice, la vitamine K2 peut contrecarrer l'accumulation de calcium dans les vaisseaux.

Dans une vaste étude publiée dans la revue Atherosclerosis en 2009, un lien clair a été établi entre la vitamine K et l'artériosclérose. Plus les volontaires prenaient de la vitamine K2, moins ils souffraient d'artériosclérose. Les chercheurs n'ont trouvé aucun lien entre la vitamine K1 et l'artériosclérose.

La Rotterdam HeartStudy s'est également penchée sur le lien entre la vitamine K et la santé vasculaire. Plus de 4 000 personnes ont participé à l'étude sur une période moyenne de 10 ans. Les participants qui ont pris des quantités relativement importantes de vitamine K2 dans leur régime alimentaire avaient un risque plus faible de maladies cardiovasculaires que les participants à l'étude qui ont pris des quantités relativement faibles de vitamine K. [17]

L'aorte (artère principale) présentait moins de calcification et la mortalité globale était également plus faible. Après cette étude à long terme, les chercheurs ont conclu que la vitamine K2 joue un rôle important dans la prévention de l'artériosclérose et le développement des maladies cardiovasculaires.[18]

Vitamine K pour les calcifications existantes

La vitamine K n'est pas seulement adaptée à la prévention de l'artériosclérose. La substance vitale semble également avoir une influence sur les plaques déjà existantes dans les vaisseaux. Lors d'une étude sur les animaux, les scientifiques ont administré l'anticoagulant warfarine à des rats et ont induit une artériosclérose.

Certains des rats ont ensuite reçu une nourriture contenant de la vitamine K2, les autres rats ont été nourris avec une nourriture normale. Par rapport au groupe témoin, les rats du groupe K2 ont montré une calcification inférieure de 50 % après 6 semaines.[19]

La vitamine K et le diabète

Dans la maladie métabolique du diabète sucré (diabète), le taux de sucre dans le sang est pathologiquement élevé en permanence. Alors que le diabète sucré de type 1 est basé sur un manque absolu d'insuline, le diabète de type 2 est basé sur une résistance à l'insuline.

L'hormone insuline est produite dans le pancréas et veille à ce que le sucre du sang atteigne les cellules. Si - en raison d'une alimentation déséquilibrée ou d'un manque d'exercice - il y a de fortes fluctuations du taux de sucre dans le sang et donc une augmentation de la sécrétion d'insuline, les cellules deviennent résistantes.

Le pancréas continue à sécréter de l'insuline, mais les cellules n'y réagissent plus. Par conséquent, le sucre reste dans le sang et n'atteint pas les cellules. Les taux de sucre pathologiquement élevés dans le sang entraînent les symptômes suivants :

  • Augmentation de la miction,
  • Soif intense,
  • Faiblesse, fatigue et problèmes de concentration,
  • Troubles visuels,
  • Démangeaisons et mauvaise cicatrisation des plaies,
  • Tendance accrue à l'infection.

À long terme, les vaisseaux sanguins et les nerfs sont également endommagés. Les patients souffrent d'une sensation de douleur perturbée, de perceptions erronées ou de problèmes digestifs. Le cerveau, le cœur et les autres organes ne sont plus suffisamment alimentés en oxygène, le risque de maladies mortelles telles qu'une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral augmente considérablement.

Compte tenu de ces conséquences dramatiques, il est important de réduire le risque de diabète chez les patients à haut risque. La vitamine K2 peut contribuer à cette prévention. Des études montrent que la vitamine peut améliorer le métabolisme de l'insuline et du glucose. Cet effet préventif est vraisemblablement basé sur l'activation des protéines ostéocalcine et MGP (Matrix-Gla-Protein).

L'ostéocalcine joue non seulement un rôle dans la santé des os, mais elle stimule aussi directement la production d'insuline dans les îlots de Langerhans du pancréas. Elle favorise également la libération de l'adiponectine. Cette hormone peptidique, qui est produite dans les cellules adipeuses, renforce l'effet de l'insuline. Un manque d'adiponectine augmente le risque de diabète. La vitamine K peut donc augmenter la sensibilité à l'insuline et contrer l'insulinorésistance.[20] [21]

Vitamine K et flore intestinale

La totalité des micro-organismes vivant dans l'intestin est appelée flore intestinale ou microbiome. Chez un adulte sain, environ 100 billions de bactéries de 200 à 300 espèces différentes colonisent l'organe digestif. Ces souches bactériennes comprennent les Firmicutes, les Bacteroidetes ou les Proteobacteria.

Ces bactéries ne jouent pas seulement un rôle dans la santé intestinale. Elles peuvent :

  • Moduler le système immunitaire,
  • Stimuler le péristaltisme des intestins,
  • Produire des acides gras à chaîne courte,
  • Améliorer la performance générale,
  • Produire diverses vitamines comme la vitamine K, la thiamine, la B12 et la riboflavine.

Vitamine K et dysbiose

On parle de dysbiose lorsque la flore intestinale est déséquilibrée. Les principales causes en sont une alimentation déséquilibrée et la prise d'antibiotiques. En conséquence, des bactéries nocives se propagent et déplacent les bactéries souhaitées. Des processus de pourriture se produisent dans l'intestin, la nourriture n'est plus utilisée correctement et il manque donc des nutriments importants.

La dysbiose a deux effets négatifs sur l'apport en vitamine K. D'une part, s'il y a un déséquilibre dans l'intestin, la vitamine K provenant de l'alimentation ne peut plus être aussi bien absorbée. Deuxièmement, il y a un manque de bactéries qui produisent de la vitamine K.

Toute personne souffrant de dysbiose devrait donc envisager de prendre des suppléments de vitamine K. Les symptômes suivants indiquent un déséquilibre de l'intestin :

  • Flatulence,
  • Diarrhée,
  • Constipation,
  • Douleurs abdominales,
  • Intolérances alimentaires.

La vitamine K et le cancer

Chaque année, en Allemagne, environ 500 000 personnes sont atteintes d'un cancer. Les types de cancer les plus courants sont le cancer de la prostate, le cancer du côlon et le cancer du sein. En 2014, un décès sur quatre était dû au cancer, et la tendance est à la hausse.

La cause exacte de nombreux types de cancer est encore inconnue. Cependant, des études récentes suggèrent que dans de nombreux cas, le développement du cancer est favorisé par un mode de vie malsain. On estime que 30 % de tous les cancers sont dus à une mauvaise alimentation. Pour les cancers de l'estomac et de l'intestin, la proportion atteint 70 %.[22]

De plus en plus de recherches sont donc consacrées au lien entre les vitamines et le cancer. La vitamine K semble également jouer un rôle dans la prévention du cancer. Les résultats de l'étude EPIC suggèrent que la vitamine K pourrait protéger contre le cancer.

Plus de 20 000 personnes âgées de 35 à 64 ans ont participé à l'étude. Depuis 1994, elles sont régulièrement examinées et surveillées en ce qui concerne l'incidence et la mortalité par cancer. Les chercheurs ont également utilisé des questionnaires pour évaluer l'apport alimentaire en vitamine K.

Il y avait une corrélation inverse entre l'apport en vitamine K2 et l'incidence du cancer, c'est-à-dire la fréquence des cancers dans le groupe de participants à l'étude. Cette corrélation était plus prononcée chez les hommes que chez les femmes et concernait principalement le cancer de la prostate et du poumon. [23]

La vitamine K comme complément alimentaire

En tant que complément alimentaire, la vitamine K peut prévenir et contrecarrer les symptômes de carence. Cependant, il y a quelques points à considérer pour choisir les bons compléments.

Les vitamines K1 et K2 diffèrent dans leurs effets. Alors que la vitamine K1 est principalement efficace pour la coagulation du sang, la vitamine K2 joue un rôle dans la santé des os, des articulations et des vaisseaux. La vitamine K2 est également principalement utilisée dans la prophylaxie du cancer et des maladies métaboliques telles que le diabète sucré. Si vous voulez renforcer vos os, vous devez par exemple prendre un supplément de vitamine K2.

Lors de l'achat de compléments alimentaires, il convient de s'assurer que la vitamine est disponible sous la forme MK7. La proportion de cis devrait idéalement être faible, au mieux il s'agit d'une préparation 'all-trans'. C'est le plus facile à utiliser pour l'organisme.

La vitamine K2 est souvent disponible en combinaison avec la vitamine D, car les deux substances vitales agissent en synergie. Entre autres, la vitamine D favorise l'absorption du calcium des aliments, tandis que la vitamine K2 veille à ce que ce calcium atteigne les os et ne calcifie pas les artères.[24]

Vitamine K : Forme de dosage

La vitamine K est disponible en tant que complément alimentaire sous différentes formes de dosage. La substance vitale est disponible sous forme de gélule, de gouttes ou de poudre.

Les gouttes sont la variante idéale pour les enfants et les jeunes. Elles sont faciles à doser et peuvent être avalées rapidement. Les adultes qui ne souhaitent pas avaler de gélules peuvent également utiliser cette variante. L'un des avantages des gouttes est qu'elles contiennent généralement du pétrole. Cela permet à la vitamine liposoluble d'être mieux absorbée dans les intestins.

Les gélules sont également bien adaptées à l'approvisionnement en vitamines. Elles contiennent une quantité standardisée de vitamine K et peuvent donc être dosées en toute sécurité. Pour améliorer l'absorption, la gélule peut être prise avec une cuillère à café d'huile.

Effets secondaires de la vitamine K

À la dose recommandée, la vitamine K n'a généralement pas d'effets secondaires. Le Food and NutritionalBoard (FNB) des États-Unis n'a pas fixé de limite supérieure pour la vitamine K en raison de son faible potentiel de toxicité.[25] Dans son rapport, le FNB a constaté qu'aucun effet néfaste n'a été signalé chez l'homme ou l'animal en rapport avec l'apport de vitamine K sous forme d'aliments ou de compléments alimentaires.

Surdose de vitamine K et interaction

Chez les nouveau-nés, une surdose peut déclencher une dégradation des globules rouges (hémolyse). Aucun effet négatif n'a été observé chez les adultes, même à des doses plus élevées.

Il existe des interactions avec divers médicaments.[26]

  • Warfarine et autres anticoagulants : la vitamine K peut réduire ou éliminer complètement l'effet anticoagulant de ces médicaments.
  • Les antibiotiques : les antibiotiques peuvent interférer avec le cycle de la vitamine K et décimer les bactéries productrices de vitamines dans l'intestin. Cela peut entraîner des symptômes de carence.
  • La cholécytyramine : ces médicaments inhibent l'absorption du cholestérol. Mais en même temps, ils empêchent aussi l'absorption de vitamines liposolubles comme la vitamine K. Même avec un apport suffisant, une carence en vitamines peut se produire.
  • Orlistat : l'orlistat est un médicament pour le traitement de l'obésité. Il réduit l'absorption des graisses et donc aussi l'absorption des vitamines liposolubles.

Études et références

  1. Gast GCM, de Roos NM, Sluijs I, et al.A high menaquinone intake reduces the incidence of coronary heart disease.Nutr Metab Cardiovasc Dis, 19(7), 2009, 504–510
  2. USDA Food Composition Database.Food Composition Databases Show Nutrients List – Vitamin K.
  3. Wu S, Liu S, Davis CH, Stafford DW, Kulman JD, Pedersen LG.A hetero-dimer model for concerted action of vitamin K carboxylase and vitamin K reductase in vitamin K cycle.J Theor Biol, 279(1), 2011, 143–149.
  4. Dalmeijer GW, van der Schouw YT, Magdeleyns E, Ahmed N, Vermeer C, Beulens JWJ.The effect of menaquinone-7 supplementation on circulating species of matrix Gla protein.Atherosclerosis, 225(2), 2012, 397–402.
  5. Westenfeld R, Krueger T, Schlieper G, et al.Effect of Vitamin K2 Supplementation on Functional Vitamin K Deficiency in Hemodialysis Patients: A Randomized Trial.Am J Kidney Dis, 59(2), 2012, 186–195.
  6. Vitamin K.
  7. van Hasselt PM, de Koning TJ, Kvist N, et al.Prevention of Vitamin K Deficiency Bleeding in Breastfed Infants: Lessons From the Dutch and Danish Biliary Atresia Registries.Pediatrics, 121(4), 2008, e857–e863.
  8. Saga K, Terao T.Studies on transfer of vitamin K into human breast milkNihon Sanka Fujinka Gakkai Zasshi, 41(11), 1989, 1713–1719.
  9. Pietschnig B, Haschke F, Vanura H, et al.Vitamin K in breast milk: no influence of maternal dietary intake.Eur J Clin Nutr, 47(3), 1993, 209–215.
  10. D’Alessandro AJ.Vitamin K and its rôle in blood coagulation.Am J Surg, 57(1), 1942, 104–111.
  11. Dowd P, Ham SW, Naganathan S, Hershline R.The Mechanism of Action of Vitamin K.Annu Rev Nutr, 15(1), 1995, 419–440.
  12. Lurie Y, Loebstein R, Kurnik D, Almog S, Halkin H.Warfarin and vitamin K intake in the era of pharmacogenetics.Br J Clin Pharmacol, 70(2), 2010, 164–170.
  13. Shiraki M, Shiraki Y, Aoki C, Miura M.Vitamin K2 (Menatetrenone) Effectively Prevents Fractures and Sustains Lumbar Bone Mineral Density in Osteoporosis.J Bone Miner Res, 15(3), 2010, 515–521.
  14. Plaza SM, Lamson DW.Vitamin K2 in bone metabolism and osteoporosis.Altern Med Rev, 10(1), 2005, 24–35.
  15. Shea MK, Kritchevsky SB, Hsu F-C, et al.The association between vitamin K status and knee osteoarthritis features in older adults: The Health, Aging and Body Composition Study.Osteoarthr Cartil, 23(3), 2015, 370–378.
  16. Okamoto H.Vitamin K and rheumatoid arthritis.IUBMB Life, 60(6), 2008, 355–361.
  17. Beulens JWJ, Bots ML, Atsma F, et al.High dietary menaquinone intake is associated with reduced coronary calcification.Atherosclerosis, 203(2), 2009, 489–493.
  18. Geleijnse JM, Vermeer C, Grobbee DE, et al.Dietary Intake of Menaquinone Is Associated with a Reduced Risk of Coronary Heart Disease: The Rotterdam Study.J Nutr, 134(11), 2004, 3100–3105.
  19. Schurgers LJ, Spronk HM., Soute BA., Schiffers PM, DeMey JG, Vermeer C.Regression of warfarin-induced medial elastocalcinosis by high intake of vitamin K in rats.Blood, 109(7), 2006, 2823–2831.
  20. Choi HJ, Yu J, Choi H, et al.Vitamin K2 supplementation improves insulin sensitivity via osteocalcin metabolism: a placebo-controlled trial.Diabetes Care, 34(9), 2011, e147.
  21. Manna P, Kalita J.Beneficial role of vitamin K supplementation on insulin sensitivity, glucose metabolism, and the reduced risk of type 2 diabetes: A review.Nutrition, 32(7–8), 2016, 732–739.
  22. Krebs und schlechte Ernährung sind miteinander verknüpft.Februar 2011.
  23. Nimptsch K, Rohrmann S, Kaaks R, Linseisen J.Dietary vitamin K intake in relation to cancer incidence and mortality: results from the Heidelberg cohort of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-Heidelberg).Am J Clin Nutr, 91(5), 2010, 1348–1358.
  24. Lanham-New SA.Importance of calcium, vitamin D and vitamin K for osteoporosis prevention and treatment.Proc Nutr Soc, 67(02), 2008, 163–176.
  25. Institute of Medicine.Dietary reference intakes for vitamin A, vitamin K, arsenic, boron, chromium, copper, iodine, iron, manganese, molybdenum, nickel, silicon, vanadium, and zinc. Washington, DC: National Academy Press; 2001.
  26. Vitamin K — Health Professional Fact Sheet.

Recommendations

Vos avantages

  • Livraison offerte

  • GARANTIE 100 JOURS

    Satisfait ou remboursé

  • ÉCONOMISEZ JUSQU'À 20%

    avec nos remises sur volume et 5% de Bonus Panier

  • PAIEMENT SÉCURISÉ

    PayPal, Carte Bancaires, Carte de crédit, Prélèvement automatique

Ce que disent nos clients

Excellent
Anonymous: "All okay"
22 novembre 2020
Gitte: "Excellent"
16 octobre 2020
Jolanta: "Szybko dostarczone do domu polecam"
14 septembre 2020
Afficher tous les avis >